L'intérêt pourrait être éphémère

La

 

Louis-André Larivière
Le Journal de Montréal

Présentement absent du calendrier 2007, le Grand Prix Champ Car de Montréal pourrait se voir substitué par un tournoi de la série NASCAR. Mais les amateurs Québécois suivraient-ils ?

Apparemment, les pilotes francophones n'aiment pas entendre parler de NASCAR.

Du moins, pas à Montréal.

«Peux-tu me dire ce que le NASCAR a fait pour le sport automobile québécois en vingt ans?», a souligné Alexandre Tagliani à brûle-pourpoint.

Effectivement, la série Champ Car a été présente au Québec depuis plusieurs années et, faute de contrat, elle risque de ne pas revenir à Montréal en 2007.

Mais si le pilote québécois Andrew Ranger, de l'équipe Mi-Jack Conquest Racing, dit vrai, l'intérêt pour la NASCAR serait éphémère.

«La NASCAR, ce serait bon dans un sens: les amateurs pourraient voir 40 autos de 3500 livres se pousser dans le derrière pendant quatre heures. L'intérêt diminuerait sûrement après la première année», a prétendu Ranger.

Un autre facteur qui justifierait un «échec» de la NASCAR ici s'expliquerait par le fait que les Québécois sont séduits d'avance par les monoplaces, selon Didier Schraenen, chroniqueur automobile.

«Depuis Gilles Villeneuve, la monoplace est une tradition ici au Québec. Je ne vois pas comment elle pourrait disparaître.»

Pour sa part, le Français Sébastien Bourdais croit qu'il faut continuer les progrès auprès du public.

«Si on continue d'attirer le public, il reviendra nous voir», a-t-il laissé entendre.

Pignon sur rue

Depuis cinq ans, la rue Crescent est le théâtre des festivités qui lancent les trois jours d'activités du Champ Car.

«Deux cent quarante mille personnes sont venues l'an passé et nous croyons qu'il y en aura plus cette année, a affirmé Brian Fogt, promoteur du festival. Quant à savoir si plus de gens se déplaceraient pour la NASCAR, c'est difficile à dire parce que c'est un public différent.»

Les Montréalais peuvent-ils se préparer à voir la série américaine s'établir ici?

«Je viendrais bien voir Jeff Gordon, s'il venait courser ici», a lancé Marc, de Saint-Urbain.

Cependant, cet avis était loin de refléter la majorité.

«Si la NASCAR venait, je n'irais même pas les voir», a dit Éric, un mordu du Champ Car qui avoue y avoir été seul durant les cinq années, ne connaissant personne qui partage sa passion avec lui...


Vidéos

Photos