Marie-Ève Pelletier ne pouvait rien faire face à la puissance de la no1 mondiale

Tennis

 

Journal de Montréal

Bien qu’elle se soit inclinée devant Lindsay Davenport hier, Marie-Ève Pelletier, la première Québécoise à croiser le fer en simple avec une joueuse de tennis no 1 mondial, a trouvé un côté positif à son expérience.

«Ce n’est jamais agréable de perdre, mais j’ai néanmoins beaucoup apprécié l’expérience», a déclaré la Repentignoise de 22 ans qui est classée 131e à la WTA.

Davenport a remporté la victoire en deux manches de 6-2 et 6-2 au deuxième tour de la coupe Family Circle qui offre 1,3 million de dollars en bourses à Charleston, en Caroline du Sud.

Le match a duré une heure.

Pelletier, issue des qualifications cette semaine, a vite compris pourquoi Davenport avait remporté 47 titres au cours de sa carrière.

La championne des Internationaux d’Australie, de Wimbledon, des Internationaux des États-Unis et des Jeux olympiques a entrepris la rencontre avec trois aces frappés directement sur la ligne. Elle a pris l’avance 5-0 avant que Marie-Ève Pelletier ne réussisse à s’inscrire au tableau pour faire 5-2.

À la deuxième reprise, les échanges ont été plus serrés, en dépit de ce qu’indique le score.

«Lindsay frappe une balle très dure, autant au service que sur les retours, a souligné la gagnante du Challenger d’Hawaii en février. J’avoue que je n’avais rien vu de tel par le passé.»

«Elle sait aussi comment faire commettre des erreurs à ses adversaires, a-t-elle ajouté. Bref, ce n’est pas un hasard qu’elle soit le numéro un mondial du tennis féminin.»

Au sujet de ses conversations avec Davenport, sachez que ce fut bref.

«Elle m’a souhaité bonne chance au début et m’a dit merci à la fin, a mentionné Marie-Ève Pelletier. C’est correct ainsi, car Lindsay est reconnue pour être une fille très à son affaire.»

Plus stimulée que déçue
N’allez surtout pas croire que Marie-Ève Pelletier ait versé des larmes à sa sortie du court.

«J’ai appris plein de choses, notamment que je dois renforcer le haut de mon corps pour mieux résister», a-t-elle souligné.

À part le résultat du match, bien sûr, elle considère son expérience comme un moment unique.

Auparavant, Jennifer Capriati était la joueuse la mieux classée à l’échelle mondiale qu’elle ait affrontée au cours de sa jeune carrière.

«Les moments que je viens de vivre me donnent juste envie de m’accrocher davantage à ma carrière», a-t-elle affirmé.

«Curieusement, je n’étais pas tellement nerveuse aujourd’hui ; je me dis toutefois que je serai plus forte prochaine fois», a-t-elle conclu.

Marie-Ève Pelletier a amassé 6 500 $ pour sa deuxième ronde ainsi que des points WTA qui devraient lui permettre de se retrouver 115e au classement mondial et de s’approcher ainsi d’une entrée au grand championnat de Wimbledon, à la fin de juin.


Vidéos

Photos