La Exhibition Hockey League peut oublier José Théodore

LNH

 

Marc de Foy -Journal de Montréal

Si José Théodore endosse les couleurs d’une équipe de hockey professionnel de Montréal à la fin de janvier, c’est qu’il aura repris du service devant le filet du Canadien, sinon il jouera en Europe.

Le gardien du Tricolore a réagi de cette façon hier au projet de création de la Exhibition Hockey League que tente de mettre sur pied un groupe de Los Angeles.

Selon des informations divulguées dans un quotidien montréalais, cette nouvelle ligue à cinq contre cinq, avec mises en échec, pourrait compter une douzaine d’équipes, dont une à Montréal et une à Québec.

Les noms de Mike Ribeiro, de Pierre Dagenais et de Théodore étaient mentionnés parmi les joueurs susceptibles de se retrouver avec les Barons de Montréal, qui disputeraient ses matchs à l’Auditorium de Verdun. Sauf que Théodore y croit très peu et qu’il n’est pas intéressé de toute façon.

Rencontré hier midi à l’aréna de Boisbriand où il venait de s’entraîner avec cinq autres joueurs québécois de la Ligue nationale, il s’est dit sceptique qu’un projet demandant autant de préparation puisse se réaliser dans un délai aussi court.

«Juste dans le cas de la Caravane McDonald qui n’était pas un circuit à caractère compétitif, Joël Bouchard a travaillé durant près d’un an pour mener son entreprise à terme», a souligné Théodore.

«Dans cette optique, je me demande comment on peut créer une ligue de hockey en un mois.»

Projet d’envergure
Dirigé par Stephen Rollins et Rick Virag, un Montréalais d’origine, le projet de la Exhibition Hockey League est pour le moins ambitieux.

Outre Montréal et Québec, les autres villes canadiennes sur les rangs sont Halifax, Toronto, Hamilton, Regina, Calgary et Edmonton.

Du côté américain, des formations seraient implantées à Boston, New York, Chicago et Denver. Deux autres villes sont ciblées au Canada et aux États-Unis, à savoir Vancouver et Columbus.

Les promoteurs ont ébauché un calendrier de 34 matchs, séries éliminatoires et rencontre d’étoiles comprises.

La majorité des profits seraient versés à des œuvres de charité.

Pas une question d’argent
À cet égard, Théodore a déjà fait une grosse part en participant à la Caravane McDonald. Aussi, il a d’autres plans après la période des fêtes.

«J’ai toujours dit que je voulais faire carrière à Montréal, mais c’est avec le Canadien que je veux jouer», a-t-il affirmé.

«Si la saison est annulée dans la Ligue nationale, j’aime mieux aller vivre l’expérience de jouer en Europe.»

Théodore veut se retremper dans une ambiance compétitive.

«Le calibre des circuits européens n’est pas celui de la LNH, mais il reste que c’est de la bonne compétition», a-t-il fait valoir.

Théodore a le choix entre quelques pays, mais il écarte la Russie de sa liste. «Je ne tiens pas à jouer dans ce pays avec toutes les histoires qu’on entend», a-t-il indiqué.

«Je ne veux pas me retrouver non plus dans une ville où il y a peu de choses à voir.

«Je parle régulièrement à Sheldon Souray et il me raconte qu’il n’y a pratiquement rien à faire dans la petite ville de Suède où il se trouve (Fäjerstad). J’aimerais jouer dans un grand centre comme Prague.»

Selon Théodore, les joueurs de la LNH ne sont pas aussi bien payés qu’on l’entend par les formations européennes.

«Les gars font leurs frais, mais sans plus », a-t-il dit.

Mais il semble qu’à Kazan, l’argent ne pose pas un problème. Il faut juste se faire à l’idée que c’est tout près de la Sibérie.


Vidéos

Photos