Jonathan Bernier
Agence QMI

Une équipe en or!

Une équipe en or!

La formation canadienne a vaincu la Suède 3-0. Photo Mark Blinch / REUTERS

Jonathan Bernier

SOTCHI - Les leaders d'une équipe sont reconnaissables à leur capacité de se lever dans les grandes occasions.

Incapables de secouer les cordages au cours des cinq premières rencontres du tournoi, Jonathan Toews et Sidney Crosby ont choisi le match ultime pour mettre fin à leur léthargie.

Leur but auquel s'est ajouté celui de Chris Kunitz, qui était également en quête d'un premier filet, ont permis au Canada de défaire la Suède 3-0 et d'ainsi mettre la main sur un neuvième titre olympique, un deuxième consécutif.

C'est la première fois depuis l'URSS de 1988 qu'un pays défend sa couronne avec succès.

De plus, c'est la première fois que le Canada grimpe sur la plus haute marche du podium à l'extérieur de l'Amérique depuis Oslo, en 1952.

«Gagner loin de la maison n'est pas facile. Il y a des ajustements à apporter comparativement aux équipes qui habituées de jouer dans ces conditions, a indiqué Crosby. Il nous a fallu un peu de temps pour nous ajuster, mais les matchs serrés qu'on a eu à disputer nous ont aidés.»

Domination de Price

Pendant que ses coéquipiers bombardaient Henrik Lundqvist de 36 lancers, Carey Price se montrait une fois de plus parfait.

Le gardien du Canadien de Montréal a repoussé les 24 tirs suédois pour réaliser son deuxième jeu blanc consécutif.

Il a terminé le tournoi avec une séquence de 164:19 sans accorder de but. Le Letton Lauris Darzins avait été le dernier à la déjouer, lors d'une échappée, au cours de la première période de la rencontre quart de finale.

«Je ne peux que remercier les joueurs qui se trouvaient devant moi. C'était un plaisir de se trouver derrière eux, a déclaré Price. Leur éthique de travail a été irréprochable.»

Si l'homme masqué du Tricolore a refusé de prendre un certain crédit, Mike Babcock n'a pas hésité à lui lancer des fleurs.

«Carey a été magnifique, a lancé l'entraîneur du Canada. Avec le talent qu'il a, c'est le type de joueur qui, s'il le désire, peut faire la différence à lui seul, autant dans la Ligue nationale qu'au niveau international. Et c'est ce qu'il semble désirer.»

Sans Backstrom

Les meilleures occasions de marquer de la Suède sont survenues en début de match. Au cours des cinq premières minutes de la rencontre, les Suédois ont bourdonné sans relâche dans le territoire canadien.

«Après les premières minutes où on a joué sur les talons, je pense qu'on a pris le dessus et qu'on a toujours gardé le momentum», a souligné Patrice Bergeron.

D'ailleurs, il s'en est fallu de peu pour que Gustav Nyquist ouvre la marque. Après avoir touché le poteau, la rondelle a glissé lentement près de la ligne rouge avant que Price ne mette sa grosse mitaine dessus.

Par ailleurs, Nicklas Backstrom n'a pu prendre part à la rencontre, ayant échoué un test antidopage.



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos