Le mercredi 7 juillet 2010
8 au 24 août 2008
Aujourd'hui à Beijing :  21°C à 37°C - Météo détaillée

Actualités

Pékin 08

Noémie Marin frappe et... compte

Serge Touchette
Le Journal de Montréal
Journal de Montréal - 15/08/2008 07h24 
Elle est la Rex Hudler de l'équipe féminine canadienne de balle molle.

Noémie Marin est une joueuse auxiliaire capable de jouer au champ gauche, au champ droit, au troisième but et à l'arrêt-court.

Et ce n'est pas tout. Elle peut également marquer des buts. Au hockey, on s'entend.

La Québécoise, qui a fait ses études universitaires au Minnesota, caresse l'ambition de participer aux Jeux d'hiver de Vancouver en 2010 après ceux de Pékin.

Peu d'athlètes ont réalisé pareil doublé. Clara Hughes (en cyclisme et en patinage longue piste) en est une. Hayley Wickenheiser en est une autre.

Wickenheiser a déjà joué à la balle molle aux Jeux de Sydney. Et depuis quelques années, elle est l'une des vedettes de l'équipe féminine de hockey.

«Je vise quelque chose qui est proche de l'impossible», admet l'athlète originaire d'Acton Vale.

«Pourquoi? Parce que les Canadiennes sont très fortes au hockey. Elles gagnent tout le temps. Il me reste encore un an et demi pour me préparer dans l'espoir de gagner un poste.

«Ça ne sera pas facile, mais on m'a promis une chance au camp d'entraînement. Je l'apprécie au plus haut point.»

Il fut un temps où Noémie était meilleure au hockey qu'à la balle molle.

Aujourd'hui, elle est d'avis que la joueuse de balle a atteint le même niveau que la joueuse de hockey.

DES ROULANTS À... L'ARÉNA

À l'Université du Minnesota, elle se rendait régulièrement à l'aréna avec son équipement de hockey et son... gant de baseball.

«Parce qu'il fait très froid au Minnesota, l'hiver, a-t-elle raconté, je me dénichais un espace dans l'aréna où, après l'exercice de notre équipe de hockey, je m'entraînais à la balle molle.

«Quelques-unes de mes copines se chargeaient de me frapper des roulants. Ça me permettait de garder la forme.»

Noémie, de son propre aveu, souhaite suivre les traces de Hayley Wickenheiser.

«Elle est un modèle pour moi, a-t-elle dit. Pourquoi est-ce que je veux tant participer aux Jeux d'été et d'hiver?

«Tout simplement parce que je suis une passionnée. Du plus loin que je me souvienne, j'ai toujours rêvé de faire les deux.»

Il faut dire que Noémie, dès son plus jeune âge, a été plongée dans le sport.

Ses deux grands frères, Alexandre et Olivier, ont été ses premiers instructeurs. Ils ont guidé ses premiers pas dans tous les sports.

«Ils m'ont trimbalée un peu partout, mentionne Noémie. Ils m'ont fait jouer au hockey, au baseball, au basket et même au football! Ils ont fait de moi une athlète plutôt coriace...»

«ELLES NE SONT PAS IMBATTABLES»

En attendant, Noémie rêve d'une médaille d'or aux Jeux de Pékin.

Les Américaines, qui, physiquement, forment certainement l'équipe la plus impressionnante du tournoi, représentent un défi de taille. Surtout que la dernière victoire du Canada à leurs dépens remonte à il y a deux ans.

«Elles sont fortes, costaudes, mais elles ne sont pas imbattables, insiste Noémie. Récemment, nous avons failli les battre à Oklahoma City. Nous menions 5 à 4, mais elles nous ont rattrapées dans les dernières manches.

«Nous sommes en santé et il n'y a pas une seule équipe qui nous fait peur...»

On la croit sur parole. Une fille qui veut participer aux Jeux d'hiver après les Jeux d'été n'a sûrement pas peur de grand-chose.

Tableau des médailles

  OR AR BR  
Chine 51 21 28 100
Etats-Unis 36 38 36 110
Russie 23 21 28 72
Grande-Bretagne 19 13 15 47
Canada 3 9 6 18

Dernier podium

Vidéos | Sports

Question Olympique







Résultats
 
 

Dernières manchettes olympiques

[an error occurred while processing this directive]

à lire dans Canoë sports

[an error occurred while processing this directive]

Cartes virtuelles et fonds d'écran