Le mercredi 7 juillet 2010
8 au 24 août 2008
Aujourd'hui à Beijing :  21°C à 37°C - Météo détaillée

Actualités

Pékin

Le temps des éliminatoires

François Foisy
Le Journal de Montréal
Journal de Montréal - 08/08/2008 07h00 
Les favoris couvrent les joues en entier et s'étendent jusque dans le cou. Seuls la moustache et les poils du menton ont été rasés, et commencent d'ailleurs à repousser. «La barbe des playoffs, lance Mathieu Bois, sourire en coin. C'est pour le style. Comme dans Slapshot.»

On dit parfois que les spécialistes de la brasse sont une race un peu à part parmi les nageurs. «Les goalers de la natation», lance Bois en souriant.

Bois, en effet, est dans sa période intensive de rasage. C'est que demain, au premier jour officiel de compétition de ces Jeux de la XXIXe olympiade, le nageur de Saint-Hubert se lancera dans la piscine du Cube d'eau de Pékin pour les préliminaires du 100 mètres brasse.

Bref, il en est à la préparation finale pour le premier rendez-vous olympique de sa vie.

«Il me reste deux jours à passer du temps couché, les jambes à 45 degrés dans les airs pour faciliter la circulation sanguine, ajoute le sympathique athlète qui a eu 20 ans il y a tout juste un mois. Mon lit est sur le bord de la fenêtre, alors je m'appuie les pieds dessus et je lis un livre. Le repos total.»

Il faut bien admettre que Bois fait les choses comme il faut: en avril, à la piscine du Parc olympique de Montréal, il a causé une petite commotion en remportant le 100 mètres brasse devant l'Ontarien Mike Brown, tout en réussissant son meilleur chrono à vie sur la distance (1 min 1,53 s). Du coup, il a obtenu son billet pour la Chine.

«C'est impressionnant», admet-il quand on lui parle des installations ici. Et il aime la piscine.

«Plusieurs la trouvent géante, moi, je la trouve vraiment cool. Le fait qu'il y ait un toit et que ce soit un peu renfermé, ça va être bon, ça va garder le son. On va entendre crier...»

Les détails

Bois, aussi qualifié sur 200 mètres, a des objectifs bien précis en tête. «Premièrement, accéder à la demi-finale, tranche-t-il. Pour ça, je devrai réussir mon meilleur chrono. Ensuite, si je peux être le meilleur Canadien, ça va me conférer la place au relais 4 x 100 mètres quatre nages (aux dépens de Brown).»

Mais à force de discuter du chrono qu'il faudra, Bois finit par placer ses mains l'une en face de l'autre, à peut-être un pied de distance. «Sur 100 mètres, ça va être ça, la différence entre accéder à la demi-finale et à rien du tout. Ça va être très proche. Ce sont les petits détails qui vont trancher. Si je réussis parfaitement ou non mon virage. Si j'ai une mèche de cheveux qui dépasse.»

Amateur de pression

L'entraîneur de Bois, Benoît Lebrun, est limpide : l'athlète est un performer. Un gars qui, sous la pression, ne déçoit jamais.

«J'ai toujours été comme ça, raconte Bois. Depuis le temps où j'avais 12 ans et où je nageais à Saint-Hubert, quand nous étions aux championnats par équipe et où je devais gagner une course d'une nage que je ne faisais jamais. Si je remportais, disons, le 100 mètres libre, on gagnait. Et même si je ne faisais jamais ça, le 100 mètres libre, je le faisais. À Longueuil, j'ai réussi le record québécois à 12 ans au 100 mètres libre, juste comme ça, parce qu'il fallait que je gagne.

«Quand ça vient me chercher, je suis capable d'être à la hauteur, explique-t-il sans vantardise. Et là, ces jours-ci, on est dans un endroit qui, disons, peut venir me chercher.»

Un peu comme un goaler qui amorce les éliminatoires.

Tableau des médailles

  OR AR BR  
Chine 51 21 28 100
Etats-Unis 36 38 36 110
Russie 23 21 28 72
Grande-Bretagne 19 13 15 47
Canada 3 9 6 18

Dernier podium

Vidéos | Sports

Question Olympique







Résultats
 
 

Dernières manchettes olympiques

[an error occurred while processing this directive]

à lire dans Canoë sports

[an error occurred while processing this directive]

Cartes virtuelles et fonds d'écran