Membres Canoe.ca

Canadiens

Les trois commandements

Journal de Québec
Yvon Pedneault
24/10/2011 02h25 
Canadiens - Les trois commandements
Si la situation du Canadien ne se redresse pas, c’est bien évident que Jacques Martin aura des comptes à rendre. 
© Archives/Agence QMI


Non, mais j'ose espérer que Pierre Gauthier n'a pas fait cette transaction pour calmer les esprits... ou encore pour faire dévier la conversation vers un autre sujet que celui de la situation où, comme le disait si souvent l'unique Marc Simoneau, il faut tourner le journal à l'envers pour voir son équipe en première place.

Si c'était le cas, il se moquerait carrément des amateurs de hockey et, surtout, des fans du Canadien. Petteri Nokelainen a déjà été un choix de première ronde en 2004. Bon, comme point de référence, peut-on rappeler que c'était à l'époque où Mike Milbury était le directeur général de l'équipe, ça veut donc tout dire.

J'aimerais vous mentionner que Milbury, au cours de sa carrière avec les Islanders, a échangé des joueurs comme Zdeno Chara, Wade Redden, Bryan Berard, Eric Brewer, Darius Kasparaitis, Bryan McCabe, Roberto Luongo, Tommy Salo, Oli Jokinen, Todd Bertuzzi, Tim Connolly, Raffie Torres...

Avec les Coyotes de Phoenix, il jouait en moyenne 10,58 minutes par match, d'accord, si ça peut vous encourager, c'est presque le temps de jeu d'Erik Cole.

Un total de 35 points en 194 matchs dans la Ligue nationale, on admettra que ce n'est pas trop fort. Un autre joueur de quatrième trio. C'est à croire qu'il y a un troisième trio et un quatrième trio et qu'il n'y a pas de premier trio ou de deuxième trio au sein de cette organisation ! Pendant que Nokelainen s'amène à Montréal, les Canucks de Vancouver, eux, parviennent à conclure une transaction obtenant David Booth en échange de deux joueurs qui ont passablement perdu de leur lustre: Mikael Samuelsson et Marco Sturm. Je veux bien croire que Booth connaît un début de saison très décevant avec une seule mention d'assistance et une fiche de moins six, mais au moins il a un profil beaucoup plus intéressant que celui de Nokelainen.

SA CINQUIÈME ÉQUIPE

C'est vrai que Gauthier a toujours eu un faible pour les joueurs européens et qu'il doit sûrement savoir des choses qu'on ignore. Comme on le répète souvent dans le monde du hockey, parfois un athlète a besoin d'un changement de décor pour relancer sa carrière. Mais dans le cas de Nokelainen, il en sera à sa cinquième équipe dans la Ligue nationale. Donc, cette éclosion, elle ne vient pas... et ne viendra jamais.

Entre-temps, les résultats obtenus par l'organisation du Centre de l'interurbain ne mentent pas. C'est la réalité.

En d'autres termes, ça ne fonctionne pas. Tout est croche.

La défense ne défend pas. L'attaque attaque plus ou moins. Les unités spéciales n'offrent rien de bien spécial.

Et les penseurs derrière le banc ne pensent pas.

Au cours des derniers jours, on affirmait qu'il nous manquait un Kirk Muller... Un tout p'tit instant. Autant Miller était un bon adjoint, autant il savait attirer l'attention des joueurs, on ne peut tout de même pas expliquer les déboires sur le départ d'un adjoint. Si c'était le cas, ce serait reconnaître que l'entraîneur, Jacques Martin, ne fait pas son boulot.

C'est évident que le penseur Martin aura des comptes à rendre si la situation perdure. Le hockey de la Ligue nationale et la parité invitent les entraîneurs à faire preuve de créativité, à chercher de nouvelles méthodes pour garder les troupes sur le qui-vive. La compétition est tellement féroce que les petits détails font toute la différence. Or, c'est justement sur les petits détails que le Canadien cafouille.

LES CONSEILS DE SCOTTY

Récemment, je demandais à Scotty Bowman quels conseils il donnerait à un entraîneur recrue si on l'invitait à le faire.

«Je m'arrêterais sur les trois éléments les plus importants: l'attaque à cinq, les mises en jeu et les changements pendant que le jeu se poursuit.»

Oups...

Voyons voir.

En supériorité numérique, le Canadien a marqué deux buts en 29 occasions pour une moyenne de 6,9%. Impossible d'obtenir une inscription au tournoi printanier si on ne corrige pas une situation aussi embarrassante. «Ce sont les unités spéciales qui font toute la différence. On n'a pas à faire de dessin, disait Bowman. Les unités spéciales décident de tout. Il y a certes le talent, mais parfois, tu peux compenser avec une attaque à cinq bien rodée.»

Poursuivons.

Les changements pendant que l'action se poursuit. Samedi soir, le Canadien a écopé de deux pénalités pour avoir eu trop de joueurs sur la surface de jeu. «Tu dois toujours chercher à surprendre ton rival avec des changements rapides et des changements effectués à des moments stratégiques. Comme les arrêts de jeu sont moins nombreux et que tu exiges des séquences de 40 secondes et moins, c'est là que tu dois faire preuve de beaucoup de flair au niveau des changements.»

Finalement.

Les mises en jeu. Chez les joueurs de centre de l'organisation, Tomas Plekanec affiche une moyenne de 53,5%, David Desharnais 40,8%, Scott Gomez 53,8%, Lars Eller 50,0%. Pas mauvais, mais par étincelant non plus. «Les mises en jeu influent de plus en plus sur le tempo du match. Elles font souvent basculer le momentum. Y a-t-il maintenant une mise en jeu qui n'exerce aucun impact sur le déroulement du match? Rarement.»

Ensuite, il faut que les acteurs jouent leur rôle à la perfection, il faut qu'ils jouent avec intensité et, surtout, avec passion. Ça, c'est une autre histoire.

Il faut aussi que les penseurs derrière le banc utilisent les bons patineurs selon ce qu'exigent les situations. Cole ne joue pas bien, c'est vrai, est-ce une raison pour le clouer au banc alors que le Canadien évolue avec une supériorité de deux joueurs. Martin est-il en train de faire la preuve que Pierre Gauthier et les penseurs du Centre de l'interurbain ont mal évalué les forces et les faiblesses de l'équipe en se tournant du côté de Cole plutôt que d'un joueur de centre de premier plan?

Ça a tout l'air.

Et quand un patineur comme Lars Eller connaît un bon match, ne devrait-on pas l'utiliser en supériorité numérique?

L'évaluation d'une équipe se fait à chaque tranche de 10 matchs. Ce ne sera pas très reluisant chez les joueurs et ce ne sera pas très reluisant chez les entraîneurs.

Et sûrement pas de petites étoiles pour les décideurs campés au septième étage.

Une semaine de vérité

Une semaine de vérité pour les joueurs de 18 et de 19 ans...

Ryan Nugent-Hopkins demeurera-t-il à Edmonton?

Mika Zibanejad a-t-il mérité un poste à Ottawa?

Que réservent les prochains jours à Sean Couturier présentement à Philadelphie ?

Et la liste continue... La plupart des équipes de la Ligue nationale franchiront le cap des 10 matchs cette semaine. C'est habituellement la période de temps que l'on accorde aux jeunes joueurs pour convaincre les dirigeants de leur équipe qu'ils ont le talent pour évoluer dans un monde d'adultes.

QUICK S'AFFIRME

Un départ canon pour le gardien Jonathan Quick. Au cours de ses trois derniers matchs, il n'a accordé aucun but, battant ainsi la marque de Rogatien Vachon qui avait blanchi l'adversaire pendant 184,55 minutes. Quick a maintenant disputé 188,10 minutes de suite sans accorder de buts...

José Théodore a quitté le match en début de troisième période, samedi soir, alors qu'il avait alloué 2 buts sur 10 lancers. C'est Jacob Markström qui l'a remplacé. Markström est le gardien d'avenir de l'organisation des Panthers...

Marc Staal disputera-til un match d'ici le 1er janvier 2012? Les Rangers gardent le silence. Pendant ce temps, c'est l'éclosion de Ryan McDonagh, un défenseur obtenu du Canadien en échange de Scott Gomez...

L'HUMOUR DE LUONGO

Roberto Luongo a développé un excellent sens de l'humour. Quand on lui demande s'il est dérangé par les huées de la foule, il répond qu'il s'y habitue et que, finalement, il ne s'en préoccupe plus.

Invité également à commenter l'arrivée d'un nouveau masque, il répond: «Avec deux semaines de retard. Comme moi, d'ailleurs!»




[an error occurred while processing this directive]
  DANS LE SPORT
[an error occurred while processing this directive]
Dossiers
[an error occurred while processing this directive]