Yvon Pedneault

Chronique de Yvon Pedneault


Yvon Pedneault
Journal de Québec

Clause en voie d’extinction?

Chronique d'Yvon Pedneault - Clause en voie d’extinction?


Yvon Pedneault

Six ans après le lock-out, les directeurs généraux de la LNH semblent de plus en plus réticents à inclure dans les contrats cette clause interdisant aux équipes d’échanger un joueur ou encore cette clause interdisant à un athlète d’être cédé à une formation des ligues mineures.

Quand je précise qu’ils ne veulent plus de cette clause, il faut apporter une nuance. Certains n’en veulent plus du tout. D’autres croient que les équipes devraient être beaucoup plus rigoureuses relativement à cette clause. Enfin, il y en a qui s’en moquent.

Dean Lombardi, le directeur général des Kings de Los Angeles, ne veut rien savoir de la clause de non-échange. Enfin, il est prêt à tenir son bout au point de se retrouver dans une impasse avec son meilleur joueur, le défenseur Drew Doughty.

Lombardi a présenté une offre de neuf ans à raison de 6,5 millions par saison, mais il soutient qu’une clause l’empêchant d’échanger Doughty pour les neuf prochaines années est ridicule. Et il a parfaitement raison.

Déjà que les directeurs généraux et les propriétaires se lancent dans des dépenses folles, pourquoi se tireraient- ils dans le pied en accordant des contrats coulés dans le béton sans avoir la moindre chance de réparer une erreur commise en cours de route ?

Doughty est un super défenseur, un patineur qui, un jour, gagnera le trophée Norris, remis annuellement au meilleur défenseur du circuit. Il était de la sélection olympique du Canada, il n’ea pas tardé à devenir l’un des piliers de sa formation. Son talent, son leadership et son désir de vaincre ne devraient-ils pas suffire à consolider sa position dans l’organisation des Kings ?

Mais, depuis quelques années, les joueurs en veulent un peu plus. On se dit si une équipe est prête à offrir un contrat de 10 ans, alors autant confirmer toute la confiance qu’on mise sur l’athlète en lui accordant l’immunité.

Lombardi est tenace dans les discussions avec Don Meehan, l’agent de Doughty. Il souligne que Anze Kopitar Justin Williams, Dustin Brown et Jack Johnson ne possèdent pas une clause interdisant aux Kings de les échanger.

Pourtant, les quatre joueurs forment le noyau de cette concession.

Mike Richards, que les Kings ont obtenu des Flyers de Philadelphie, ne possède pas une telle clause avant le 1er juillet 2012. Alexander Ovechkin, de son côté, peut changer d’équipe sans donner son accord aux Capitals de Washington au cours des six premières années de son entente.

Lombardi est prêt à donner une fortune à Doughty, il veut donc avoir un moyen pour que son investissement rapporte, celui de réagir si jamais le joueur ne répond pas aux attentes de la direction.

Peut-être que les autres directeurs généraux de la Ligue nationale devraient se rallier derrière Lombardi. Ça éviterait des situations comme celle de Wade Redden, par exemple. Ou celle de Sheldon Souray.

Ou, plus près de nous, celle de Scott Gomez.


Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos