Membres Canoe.ca

Chronique | Serge Touchette

Despatie est affamé

Journal de Montréal
10/08/2008 07h20 

PÉKIN | Alexandre Despatie est prêt. Il n'a même pas besoin de le dire. Il suffit de le regarder droit dans les yeux pour s'en convaincre.

«De tous les plongeurs, a déclaré Despatie au cours de son premier point de presse depuis son arrivée en Chine, je serai certainementleplusaffamé. Ilyafort longtemps que je n'ai pas compétitionné. J'ai hâte, j'ai vraiment hâte...»

Despatie, complètement rétabli d'une fracture à un os du pied subie lors d'une séance d'entraînement en avril dernier à Montréal, s'entraîne depuis deux mois et demi.

À l'écouter parler, il tient la forme des grands jours. «Je suis surpris de voir à quel point je me sens bien, physiquement et mentalement», a-t-il dit.

À son agenda, on retrouve deux épreuves : le tremplin de trois mètres et le trois mètres synchro avec son partenaire Arturo Miranda, qui, à 37 ans, participe ses premiers Jeux.

Despatie, c'est bien connu, est perçu comme la plus sérieuse menace de l'équipe chinoise, qui, selon les experts, pourrait faire un balayage en plongeon, rien de moins.

La revue Sports Illustrated a même prédit que le Canada serait blanchi.

«Les Chinois ne sont pas invincibles, a repris l'athlète de 23 ans. Nous sommes aux Jeux olympiques et aux Jeux olympiques, les sur prises, les bonnes comme les mauvaises, sont toujours nombreuses.»

«Nous avons tous de la pression, mais les Chinois en ont encore plus parce qu'ils compétitionneront devant leur public.»

Du jamais vu

Au Cube d'eau, tous les billets des compétitions de plongeon, un sport immensément populaire en Chine, sont vendus depuis déjà deux ans. C'est vous dire.

Il y aura 11000 spectateurs et l'atmosphère sera électrique.

«Ça va être fou ! a dit Despatie. Nous, les plongeurs, vivrons du jamais vu. Il y aura du bruit. Non, je n'ai pas de problème avec ça. Je me nourris au bruit...»

«Les Chinois, bien sûr, aiment leurs plongeurs, mais ils aiment aussi les beaux plongeons.»

Despatie vit ses troisièmes Jeux olympiques. «Cette fois, a-t-il dit en faisant allusion à sa blessure au pied, la route n'a pas été simple. Ces troisième Jeux, je les vis différemment des deux premiers. Aux Jeux de Sidney, j'étais encore un enfant.»

«Puis, à Athènes, il y avait les nombreuses attentes à mon égard. Ça n'a pas été facile.Et cette année, il y a eu ma blessure à un pied. Ces Jeux, je les vis davantage comme un adulte. Je passe donc le plus de temps possible en compagnie de tous les membres de l'équipe canadienne.»

Un compliment

Lorsqu'on lui a demandé comment il réagissait à l'idée d'être considéré comme la plus grande menace des Chinois, Despatie n'a pu s'empêcher de sourire.

«Je prends cela comme un compliment de la part d'une puissance comme la Chine en plongeon», a-t-il rétorqué.

Par ailleurs, il n'a pas vraiment voulu se mouiller au sujet de la controverse entourant les drapeaux.

On sait que le comité organisateur olympique reconnaît les 205 drapeaux des pays participants et interdit aux athlètes d'agiter des drapeaux autres que ceux-là.

À ce sujet, Despatie, un peu surpris par la question, a déclaré qu'il n'avait jamais agité un drapeau sur un podium.

«Je n'ai aucun drapeau, a-t-il conclu. Je suis un Canadien français, qui est avec l'équipe du Canada...»

En d'autres mots, Despatie, pour le moment, a d'autres chats à fouetter.




[an error occurred while processing this directive]
  DANS LE SPORT
[an error occurred while processing this directive]
Dossiers
[an error occurred while processing this directive]