Membres Canoe.ca

Golf

En attendant Tiger...

Journal de Montréal BERTRAND RAYMOND
01/09/2007 08h35 

Le parcours Bleu du chic club de golf Royal Montréal est actuellement un vaste chantier de construction.

Il est difficile de croire que de lourds camions puissent rouler en bordure d'un parcours qui s'est imposé un face-lift de trois millions de dollars au cours des trois dernières années en vue d'accueillir la prestigieuse Coupe des Présidents.

On érige des tours pour la télévision, on installe des gradins derrière chaque tertre de départ et en bordure de chaque vert, en plus des tentes luxueuses et des tables corporatives, achetées à prix fort, qu'on s'applique déjà à monter.

Pour les quatre jours de l'événement, on a vendu 18 tentes corporatives à 70 000$ chacune. Les tentes sur le parcours se sont écoulées à 95 000 $ l'unité. Pas moins de 140 tables ont été vendues 18 000$ chacune.

M. Richards affirme avec une certaine fierté que 80% de ces réservations ont été faites par des entreprises montréalaises.

La Coupe des Présidents, dont NBC retransmettra les images dans 142 pays, est la plus importante compétition à se tenir dans l'histoire du golf au Canada. Pourtant, Dieu sait si le club Royal Montréal a été le théâtre de grands événements, dont pas moins de neuf Omniums canadiens.

La Coupe des Présidents réunira 24 des 30 meilleurs golfeurs de la planète. Elle opposera ceux des États-Unis à ceux du reste du monde, à l'exception des Européens, et sera présentée à l'Île-Bizard du 25 au 30 septembre.

Les Européens n'y sont pas parce qu'ils affrontent déjà les Américains dans le cadre de la coupe Ryder.

La Coupe des Présidents est présentée en alternance tous les deux ans, soit aux États-Unis, soit dans une partie différente du monde. C'est la première fois et qui sait, peut-être la dernière, que le Canada est choisi.

Toute une visibilité en perspective pour le plus ancien parcours de golf privé en Amérique du Nord.

«La visibilité est d'abord pour Montréal, s'empresse de préciser le président de l'événement, Michael Richards. Les yeux du monde seront tournés vers Montréal.»

«On mentionnera souvent le nom de Montréal et de l'Île-Bizard à la télévision et dans les médias écrits, mais j'imagine aussi qu'on précisera que l'événement sera présenté sur les allées du club Royal Montréal.»

«Ce sera bon pour nous, mais je souhaite que Montréal, qui pourrait profiter de retombées économiques de 70 millions de dollars, en soit le plus grand bénéficiaire.»

Le club Royal Montréal trime dur depuis trois ans pour pouvoir présenter la Coupe des Présidents, qui opposera, entre autres, Tiger Woods, Phil Mickelson et Jim Furyk aux Ernie Els, Vijay Singh, K.J. Choi et, évidemment, le Canadien Mike Weir. Bref, douze Américains contre la crème de la crème.

Pas d'appuis, pas de coupe

Avant d'accorder l'événement à Montréal, la PGA américaine a exigé que le club Royal Montréal obtienne d'abord l'appui des gouvernements provincial et fédéral. Sans leur aide, la réponse aurait été négative.

Le Québec a vite répondu. À Ottawa, il a fallu y mettre le temps. On négociait à l'époque avec le gouvernement libéral de Paul Martin, qui était enlisé jusqu'aux essieux dans le scandale des commandites.

«Notre approche les a rendus nerveux, précise M. Richards. Il a fallu insister sur le fait que l'aide financière exigée n'était pas pour nous personnellement.»

Le club Royal Montréal a maintenant la pression d'être parfait, rien de moins. Le PGA Tour exige beaucoup de minutie dans l'organisation de cet événement qu'on espère rendre aussi prestigieux que la coupe Ryder avec le temps.

Juste pour vous dire, l'un de ses représentants, Tom Clark, habite Montréal depuis deux ans. Depuis six mois, cinq ou six représentants de l'association sont venus se greffer à lui afin de superviser les derniers préparatifs.

«C'est vrai que nous ressentons de la pression, ajoute monsieur Richards. C'est à nous d'être à la hauteur. Nous jouissons déjà d'une bonne expertise, puisque la plupart des présidents et vice-présidents des comités des deux derniers Omniums canadiens présentés chez nous, en 1997 et en 2001, sont encore avec nous.»

PAS DE BOURSES

Il n'y a pas que le téléspectateur qui sera bien servi. Il y aura des écrans géants sur le parcours de façon à ce que les spectateurs puissent être renseignés sur tout ce qui se déroulera ailleurs. On vendra même des appareils radio, au coût de 10$, qui leur permettront d'être branchés à NBC.

La Coupe des Présidents n'engraissera pas davantage les coffres du club Royal Montréal dont les membres n'ont pas trop de problèmes avec les fins de mois.

«Disons plutôt que nous allons récupérer de l'argent puisque nous en dépenserons plus que nous en recevrons», précise le président de la compétition.

Il est bon de préciser que les 24 golfeurs professionnels joueront pour l'honneur. Les profits de la Coupe des Présidents sont toujours remis à des oeuvres de charité.




[an error occurred while processing this directive]
  DANS LE SPORT
[an error occurred while processing this directive]
Dossiers
[an error occurred while processing this directive]