Guillaume St-Pierre
Agence QMI

De gros problèmes de salubrité alimentaires au Canada

De gros problèmes de salubrité alimentaires au Canada

Le FSIS a mené son audit au Québec et en Ontario en 2014.Photo Fotolia

Guillaume St-Pierre

Dernière mise à jour: 01-03-2016 | 19h11

OTTAWA - Même si des inspecteurs américains ont découvert des problèmes majeurs de salubrité alimentaire dans des usines canadiennes en 2014, la population n'a rien à craindre, affirme l'Agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA).

Globalement, l'ACIA obtient la note de passage. Mais dans un rapport rendu public le 20 janvier dernier, le département d'agriculture des États-Unis note des «faiblesses» en matière de tests de détection de la listeria, de la salmonellose et de l'E. Coli.

Les inspecteurs américains déplorent que l'ACIA ne réalise pas elle-même une série de vérifications dans les usines afin de détecter ces bactéries. Les entreprises canadiennes sont responsables de mener leurs propres tests.

«Pour satisfaire aux exigences de commerce, les Américains exigent que non seulement les compagnies fassent le dépistage, mais que nous (l'ACIA) fassions le dépistage occasionnel également», a dit Richard Arsenault, porte-parole de l'Agence.

«C'est très mineur comme détail», a-t-il assuré.

Le président du syndicat des inspecteurs des aliments, Bob Kingston n'est pas de cet avis. «Cette dangereuse lacune place le Canada hors-jeu par rapport aux normes de sécurité américaines», estime-t-il, rappelant la mort de 22 Canadiens en 2008 après une éclosion de listeria dans une usine de la compagnie Maple Leaf.

Le gouvernement américain a mené son audit au Québec et en Ontario auprès d'usines de transformation de viande, de volaille et d'oeufs, au printemps 2014. Il a livré son rapport final à l'ACIA, le 14 janvier dernier.

Le Canada a jusqu'au 15 mars pour se conformer entièrement aux exigences américaines. Or, l'Agence soutient que les changements ont déjà été apportés.

«Il n'y a aucune question non réglée, il n'y a jamais eu d'incidence sur le commerce. On s'attend que ce que des audits révèlent des possibilités d'amélioration», a indiqué M. Arsenault.

Les inspecteurs ont remarqué des problèmes de salubrité dans des établissements de production d'aliments prêts à manger. Ils ont observé des plafonds ouverts, d'où coulait de la rouille qui aurait pu entrer en contact avec les aliments avant leur emballage.

«Ce genre d'observation est tout à fait normal dans le cadre d'un audit, soutient M. Arsenault, ajoutant que les entreprises visées ont réglé la situation.

Selon Bob Kingston, la pénurie d'inspecteurs est en grande partie responsable des problèmes soulevés par les inspecteurs américains. «En dépit des meilleures intentions de l'ACIA, l'organisme n'a tout simplement pas les ressources de première ligne pour l'instant.»

En campagne électorale, les libéraux de Justin Trudeau avaient promis de débloquer 80 millions $ sur quatre ans pour aider l'ACIA à garnir ses rangs.

Aussi sur Canoe.ca:



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos