RelaxNews

Du sirop d'érable contre la résistance aux antibiotiques

Du sirop d'érable contre la résistance aux antibiotiques

Le composant clé dans l'extrait de sirop d'érable est le phénol.Photo Archives / Agence QMI

Sous forme concentrée, un extrait de sirop d'érable affaiblit certaines bactéries nocives et réduit leur résistance aux antibiotiques, selon une étude récente réalisée à l'université McGill à Montréal.

Une méthode qui rendrait les microbes plus vulnérables pourrait aider à diminuer la quantité d'antibiotiques nécessaire pour lutter contre eux, indiquent les chercheurs, qui ont publié leur étude dans le journal Applied and Environmental Microbiology.

L'utilisation de plus en plus répandue des antibiotiques semble contribuer à la résistance croissante de certaines bactéries au traitement, phénomène qui est en passe de devenir une crise mondiale de santé publique.

Le composant clé dans l'extrait de sirop d'érable utilisé par les chercheurs est le phénol, une molécule riche en acides qui protège certaines plantes, dont l'érable nord-américain, des pathogènes et des insectes. Le sirop d'érable, obtenu à partir de la sève de cet arbre, est donc une source très riche de cet agent anti-pathogène.

Après avoir acheté des échantillons de sirop d'érable dans des boutiques à Montréal, les chercheurs les ont congelés jusqu'au début de l'expérience, quand ils en ont extrait la partie qui est riche en phénols.

Pour l'étude, ils ont testé l'extrait sur de redoutables bactéries telle E. coli, espèce parfois mortelle pour les êtres humains, et Proteus mirabailis, pathogène souvent responsable pour les infections urinaires.

L'extrait a démontré une efficacité modérée contre les bactéries quand il était utilisé seul, et une efficacité significative lorsqu'il était couplé avec des antibiotiques.

La combinaison phénols-antibiotiques a détruit les communautés entières - appelées biofilms - qui développent dans le cas de contaminations persistantes comme celles vues parfois dans la voie urinaire des patients portant un cathéter.

«Il faudrait faire des essais in vivo, puis à un moment des essais cliniques, avant d'affirmer quel serait l'effet chez l'être humain. Mais les résultats suggèrent une approche potentiellement simple et efficace pour réduire l'utilisation des antibiotiques», indique Nathalie Tufenkji, professeure à l'université McGill.

Les chercheurs précisent que l'extrait agit sur l'expression des gènes chez les bactéries, supprimant ceux qui sont liés à la résistance et à la virulence.

Par le passé, la professeure Tufenkji a aussi travaillé sur des extraits de canneberge qui pourraient potentiellement lutter contre les bactéries.

Son équipe de recherche travaille actuellement sur des moyens possibles d'utiliser cet extrait afin de combattre les maladies infectieuses.

«Je pourrais envisager, par exemple, l'incorporation de l'extrait de sirop d'érable dans les capsules d'antibiotiques», dit-elle.

Aussi sur Canoe.ca:



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos