Agence QMI
Agence QMI

Les femmes plus à risque de mourir d'un AVC

Les femmes plus à risque de mourir d'un AVC

Photo Fotolia

Agence QMI

OTTAWA | Les séquelles des accidents vasculaires cérébraux (AVC) sont plus graves chez les femmes, et les défis auxquelles elles doivent faire face sont tout aussi grands, c'est ce que rapporte la Fondation des maladies du coeur et de l'AVC du Canada dans son Bulletin 2018.

«Nous avons vu des améliorations exceptionnelles en matière de sensibilisation, de soins, de traitement et de recherche au cours des 20 dernières années. Malheureusement, les femmes ne profitent pas autant de ces progrès que les hommes», déplore Yves Savoie, chef de la direction nationale de la Fondation.

Selon la Fondation, l'AVC tue 18 femmes chaque jour au Canada, c'est un tiers de plus que les hommes.

Sur les 405 000 personnes vivant avec les conséquences d'un accident vasculaire cérébral, 214 000 sont des femmes. Et comparativement aux hommes, elles sont 60 % moins susceptibles de retrouver leur autonomie.

Les deux tiers des essais cliniques sur les maladies cardiovasculaires portent sur les hommes.

Les femmes sont aussi plus à risque de subir un AVC à certains moments de leur vie. En effet, l'AVC est trois fois plus fréquent chez les femmes enceintes que chez celles d'âge comparable qui ne le sont pas.

Le risque d'AVC augmente aussi chez les femmes ménopausées, et s'élève jusqu'à 30 % avec le recours au traitement d'hormonothérapie substitutive. Les femmes âgées portent le plus lourd fardeau de l'AVC: leurs atteintes sont plus nombreuses et plus graves et les séquelles plus importantes.

Les auteurs du Bulletin précisent également que les femmes d'origine sud-asiatique ou africaine sont exposées à un risque accru d'AVC, tout comme les Autochtones, qui éprouvent de la difficulté à avoir accès à des traitements adéquats et à du soutien lors de leur rétablissement.

Les femmes auraient également tendance à minimiser les symptômes ce qui retarde leur prise en charge et aggrave les conséquences de l'AVC.

Selon un sondage mené par la Fondation, 70 % des femmes ne connaissent aucun des principaux facteurs de risque de l'AVC, et une femme sur trois ne connaît aucun des signes avant-coureurs. Les symptômes d'une crise cardiaque passent inaperçus chez 53 % des femmes.



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos