Agence QMI
Agence QMI

Des étudiants en droit dénoncent le sort réservé aux plus démunis par le système de santé

Des étudiants en droit dénoncent le sort réservé aux plus démunis par le système de santé

Photo Chantal Poirier

Agence QMI

La Clinique juridique itinérante, composée d'étudiants en droit de quatre universités québécoises oeuvrant notamment auprès des sans-abris, dénonce le sort réservé aux plus démunis de la société par le système de santé.

Dimanche, dans un communiqué, la Clinique a souligné le cas d'une femme autochtone, Kimberly Gloade, qui est morte en 2016 un mois après s'être vu refuser des soins médicaux parce qu'elle n'avait pas sa carte d'assurance-maladie du Québec, «ni les 1400 $ demandés par l'hôpital pour être soignée».

«Il s'agit d'un problème courant pour les personnes en situation d'itinérance, a expliqué le porte-parole de la CJI, Frédéric Comeau. Chaque mois, la CJI travaille avec des personnes qui n'ont pas leur carte d'assurance maladie et doivent faire des démarches administratives compliquées pour espérer recevoir une carte afin d'être soignées.»

«Cette injustice se doit d'être adressée de façon urgence», a-t-il ajouté.

La Clinique juridique itinérante dénonce aussi le fait que «les personnes en situation d'itinérance se voient forcer par la RAMQ de renouveler leur carte d'assurance maladie tous les ans, puisqu'elles sont dans l'incapacité de fournir une adresse résidentielle, tandis que le restant de la population québécoise obtient un renouvellement dont la validité s'étend sur une période de quatre ans, voire huit ans».

Selon la Clinique, «il s'agit d'une pratique injuste et discriminatoire envers les personnes en situation d'itinérance qui non seulement complique leur accès à des soins de santé, droit fondamental de tout Québécois et Québécoise, mais qui met aussi leur vie en danger comme le rappelle si tragiquement le cas de Mme Gloade».

Les membres de la Clinique juridique itinérante sont des étudiants en droit de l'UQAM, de l'Université de Montréal, de l'Université McGill et de l'Université Laval qui travaillent bénévolement de concert avec une quinzaine de refuges et d'organismes communautaires de Montréal et de Québec. Ils sont supervisés par des professeurs de droit et des avocats membres du Barreau du Québec.



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos