Agence QMI

Aide médicale à mourir: accord pour un Manitobain

Aide médicale à mourir: accord pour un Manitobain

On ne connaît pas le nom, l'âge, le sexe et la maladie du patient.Photo Fotolia

Un patient au Manitoba s'est vu accordé accorder mardi le droit de se prévaloir de l'aide médicale à mourir, a rapporté Global News.

Le juge en chef de la Cour du Banc de la reine du Manitoba, Glenn D. Joyal, a accordé ce droit à ce patient qui souffre de deux maladies en phase terminale et à qui il ne reste qu'un mois à vivre. Il s'agit d'une première dans cette province.

Le juge Joyal a également imposé une interdiction de publication afin de protéger le nom, l'âge, le sexe et la maladie du patient, ainsi que les noms des médecins et des fournisseurs de soins de santé qui aideront à l'injection létale.

«Bien qu'il soit triste de dire au revoir et de planifier de quitter ma famille, je ne me sens pas anxieux, déprimé ou apeuré par la mort», a écrit le patient dans une déclaration à la presse, rapporté par Global.

En janvier dernier, la Cour suprême a statué qu'Ottawa avait jusqu'en juin pour élaborer le cadre juridique pour l'aide médicale à mourir. Le tribunal a aussi indiqué qu'une exemption était accordée au Québec, où une loi sur cet enjeu est déjà en vigueur depuis l'an dernier.

Le plus haut tribunal du pays a convenu aussi d'accorder une exemption aux citoyens des autres provinces qui souhaiteraient se prévaloir au cours des quatre prochains mois de ce droit.

Il y a deux semaines, une femme de Calgary atteinte de la maladie de Lou Gehrig a obtenu la permission de demander l'aide médicale à mourir, devenant ainsi la première Albertaine à bénéficier de ce droit.

Aussi sur Canoe.ca:



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos