Agence QMI

La grippe inquiète les parents et remplit les urgences

En pleine période de pointe pour la grippe, le temps d'attente dans les urgences s'alourdit et fait craindre aux médecins que de plus en plus de parents s'y présentent.

Les cas diagnostiqués en laboratoire sont passés de 2 % à 6 % en janvier, puis à 10 % en février. De ce nombre, 30 % constituent des diagnostics positifs, ce qui représente environ 1200 cas.

La souche de la grippe qui touche le Québec cette année est l'influenza de type H1N1 et les enfants sont affectés.

Le cas d'Abbygail

N'empêche, un virus respiratoire associé à la grippe comme celui qui affecte la petite Abbygail, dont les images bouleversent plusieurs parents, est très rare.

«Ça survient chez 3 % des enfants qui sont hospitalisés aux soins intensifs pédiatriques. [...] Cette situation est exceptionnelle», explique le Dr Philippe Jouvet, chef des soins intensif au CHU Sainte-Justine.

Il ne faut donc pas se précipiter dans les urgences des hôpitaux pédiatriques, qui débordent toujours.

À l'Hôpital de Montréal pour enfants, on voit chaque jour presque cent patients de plus qu'à l'accoutumée. Le temps d'attente peut atteindre huit heures pour les cas moins urgents.

«C'est la fièvre qui cause beaucoup de panique», d'après le Dr Harley Eisman, chef des urgences de l'Hôpital de Montréal pour enfants.

Selon lui, 60 % des patients pourraient être vus en clinique.

Le pic de la grippe n'est pas encore atteint. Les prochaines semaines s'annoncent mouvementées.

Aussi sur Canoe.ca:



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos