Agence QMI

En attente d'un cœur: la situation est critique pour Élissa

MONTRÉAL - La situation est critique pour la petite Élissa Grondin, 5 ans, qui est toujours en attente d'un nouveau cœur.

L'enfant a subi des complications après avoir reçu un cœur de Berlin il y a une dizaine de jours. Elle a été opérée deux fois au cours des neuf derniers jours et a perdu une très grande quantité de sang.

«On a dû retourner en salle d'opération, donc Élissa, ça fait près de deux semaines qu'elle est à jeun», a précisé son père, Patrick Grondin.

La fillette de Sherbrooke est hospitalisée depuis plus de six mois aux soins intensifs de l'hôpital Sainte-Justine, à Montréal. Le coeur de Berlin n'est pas un outil de cure. Il permet de gagner du temps en attendant une transplantation cardiaque.

Sensibiliser au don d'organes

Dans toute cette épreuve, les parents d'Élissa continuent de faire campagne pour le don d'organes.
«Ayez la discussion, il faut l'avoir quand on est vivant, clame M. Grondin. Prenez vos enfants dans vos bras, profitez-en, vous ne savez pas à quel point vous êtes chanceux de ne pas vivre ce qu'on vit.»

La mission du Dr Marsolais en renfort

Le Dr Pierre Marsolais, médecin très impliqué dans la question du don d'organe, a été contacté par le père d'Élissa qui lui a demandé son aide il y a quelques semaines.

«Ensemble on cherche des avenues pour faire connaître la cause d'Élissa, mais aussi celle de tous les enfants en attente d'un don», a-t-il expliqué en entrevue à LCN.

Le médecin intensiviste avait déjà lancé la Mission du Dr Marsolais l'automne dernier, un organisme dont l'objectif est de sensibiliser les gens au soutien des familles de donneurs d'organe.

«La seule chose qui peut sauver Élissa c'est le coeur qu'une famille décidera de donner. [...] Ces gens doivent être soutenus», a-t-il confié.

«Il y a une issue moins douloureuse, même heureuse, à la perte d'un enfant, a ajouté le Dr Marsolais. Toutes les personnes à qui j'ai offert le don d'organe m'ont dit que c'était un cadeau pour eux. [...] C'est un baume sur leur douleur.»

Le Dr Marsolais invite la population à partager l'histoire d'Élissa, mais aussi de sensibiliser leur entourage sur le don d'organe pédiatrique.

Aussi sur Canoe.ca:



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos