Agence QMI

72 millions $ à la famille d'une femme morte du cancer

72 millions $ à la famille d'une femme morte du cancer

Photo Fotolia

L'entreprise pharmaceutique Johnson & Johnson a été condamnée par un tribunal du Missouri à verser 72 millions de dollars à la famille d'une femme décédée du cancer après avoir utilisé un de leurs produits.

Pendant 35 ans, Jacqueline Fox a utilisé de la poudre pour bébés de la célèbre marque américaine. Selon sa famille, c'était même un rituel comme celui de se laver les dents.

Cependant, la femme de 62 ans a succombé en octobre dernier à un cancer des ovaires diagnostiqué trois ans plus tôt.

Selon l'avocat de Mme Fox, Jere Beasley, du talc avait été retrouvé par un médecin dans les ovaires de la plaignante. La poudre aurait causé une inflammation qui se serait ensuite transformée en cancer.

Me Beasley, en s'appuyant sur des travaux d'experts, a également soutenu qu'environ 1500 femmes mourraient chaque année «des suites d'un cancer des ovaires lié à l'utilisation de poudre pour bébés».

Pour lui, l'entreprise américaine était au courant des risques depuis les années 1980 et avait choisi de «mentir au public».

De son côté, la porte-parole de Johnson & Johnson a assuré que la compagnie était «certaine que le talc cosmétique est inoffensif», recherches scientifiques à l'appui.

La Société américaine du cancer est plus mesurée dans ses conclusions, expliquant sur son site internet que «certaines études font état d'une petite augmentation du risque, tandis que d'autres ne constatent pas de changement».

Après plus de cinq heures de délibération, le jury réuni au tribunal de St. Louis a décidé de condamner Johnson & Johnson à verser 72 millions de dollars en dommages et intérêts à la famille de Mme Fox, dont 10 millions $ en dommages compensatoires et 62 millions $ en dommages punitifs, un par année de vie de la défunte.

Selon les jurés, l'entreprise n'a pas prévenu les consommateurs des risques encourus à utiliser cette poudre et a tout fait pour cacher la vérité, rapporte le St. Louis Post-Dispatch.

L'avocat de la famille de Mme Fox soutient que c'est la première fois qu'une compagnie est condamnée à payer une telle somme.

Près de 1200 autres femmes ont déposé des plaintes similaires contre Johnson & Johnson aux États-Unis et ailleurs dans le monde.

Le géant pharmaceutique a d'ores et déjà fait appel de ce jugement et publié un communiqué qui soutient que ses poudres pour bébés peuvent être utilisées sans risque.

Aussi sur Canoe.ca:



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos