Agence QMI

Sept-Îles: foudroyé après avoir mangé des bananes

SEPT-ÎLES - Simon Bouchard est l'un des deux cas mystérieux de personnes qui se sont retrouvées à l'hôpital de Sept-Îles, sur la Côte-Nord, vendredi, après avoir mangé des bananes au déjeuner.

Le Septilien s'est rendu au Maxi de Sept-Îles, jeudi, pour faire son épicerie. «J'avais une folle envie de manger des bananes, ça faisait une semaine. À l'épicerie, elles étaient très belles sur la tablette», a dit Simon Bouchard en entrevue avec le Journal de Québec.

L'homme de 35 ans n'est atteint d'aucune allergie alimentaire et il consomme régulièrement des bananes. Jamais il n'avait eu de complications auparavant. «Je n'ai aucune allergie alimentaire, je ne prends pas de médicaments, rien», a-t-il assuré.

Pourtant, vendredi matin, après avoir pris une bouchée de toast aux bananes, il a ressenti un picotement au niveau de la gorge. Une vingtaine de minutes plus tard, ses symptômes sont devenus exponentiels.

«J'ai eu des maux de cœur, des vomissements. Je me suis mis à couler du nez. Après ça, j'ai enflé de la bouche, des oreilles, du nez. J'ai été couvert de plaques à la grandeur du corps, comme si je m'étais fait piquer par des guêpes», a-t-il illustré.

Simon Bouchard s'est rendu à l'urgence de Sept-Îles, où il a rapidement été pris en charge. «Je commençais à avoir de la difficulté à respirer, mais l'inhalothérapeute m'a passé dessus. Ils m'ont pogné juste à temps», a lancé celui qui est resté en observation une douzaine d'heures.

Peu avant son arrivée, une dame s'est présentée à l'urgence dans le même genre de circonstances. «Elle aussi a mangé une banane et elle n'était pas allergique. Le médecin est venu me voir, il m'a dit: «bananes toi aussi»? Ce n'est pas normal, je ne veux pas que mon urgence se remplisse. Il a appelé tout de suite le MAPAQ (ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation du Québec)», a raconté M. Bouchard.

Selon ce dernier, la dame en question avait acheté la même marque de bananes, mais au Provigo de Sept-Îles. Heureusement, plus de peur que de mal dans les deux cas.

«Ils m'ont donné des médicaments pour passer les réactions et annuler ce que j'avais consommé. J'ai encore des médicaments à prendre jusqu'à demain», a-t-il fait savoir, lundi.

Contacté par le MAPAQ, Simon Bouchard a transmis le restant de ses bananes, ainsi que les pelures de celles consommées pour des analyses.

Pas retirées des tablettes

Joint par le Journal de Québec, le directeur du Provigo de Sept-Îles, Gilbert Ouellet, a confirmé qu'aucune mesure particulière n'avait été prise depuis l'événement. L'épicerie est toutefois en contact avec le MAPAQ. Les bananes n'ont pas été retirées des tablettes.

Pour sa part, le Centre intégré de santé et de services sociaux de la Côte-Nord a indiqué être toujours en attente des résultats d'analyses du MAPAQ. Ce dernier aurait avisé l'Agence canadienne d'inspection des aliments pour vérifier s'il n'y aurait pas eu d'autres situations du genre ailleurs au Canada.

Aussi sur Canoe.ca:



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos