Agence QMI

Médicaments génériques: les ristournes inquiètent

Médicaments génériques: les ristournes inquiètent

La pratique des ristournes avait été bannie en Ontario il y a deux ans.Photo Fotolia

MONTRÉAL - L'augmentation des ristournes que touchent les pharmaciens sur la vente de médicaments génériques risque de se faire au détriment des patients québécois, craint le Conseil pour la protection des malades (CPM).

L'organisme a soutenu jeudi que les pharmaciens pourraient être tentés de choisir les marques de médicaments génériques en fonction d'un avantage financier plutôt qu'en recherchant la qualité et la fiabilité des sources d'approvisionnement.

Rappelons que le gouvernement Couillard a récemment publié dans la Gazette officielle son projet de modification au «Règlement sur les avantages autorisés à un pharmacien». Québec souhaite éliminer, sur une période de trois ans, le plafond de 15 % sur les ristournes que versent les fabricants de médicaments génériques aux pharmaciens propriétaires.

Cette modification réglementaire découle d'une entente de principe qui a été conclue en juin dernier avec l'Association québécoise des pharmaciens propriétaires. (AQPP).

Le gouvernement avait accepté de déplafonner les ristournes sur les médicaments génériques, également appelées «allocations professionnelles», pour compenser les coupes de 133 millions $ dans les honoraires des pharmaciens, prévues dans le projet de loi 28.

Selon le président du CPM, Paul Brunet, cette nouvelle pratique commerciale va remettre en cause la crédibilité et l'indépendance des pharmaciens.

«Je le répète, le ministre [de la Santé] livre les pharmaciens en pâture à l'industrie des médicaments génériques en les incitant à acheter les médicaments du plus offrant pour compenser la baisse de leur rémunération provenant de l'État», a-t-il déclaré par voie de communiqué.

M. Brunet a fait valoir que la pratique des ristournes avait été bannie en Ontario il y a deux ans pour éviter les abus.

Le Conseil pour la protection des malades a demandé au gouvernement de revoir son projet de règlement afin de «privilégier le bien-être des patients avant toute chose».

Aussi sur Canoe.ca:


Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos