Agence QMI

À 20 ans, elle devra se faire enlever les seins et les ovaires

Dernière mise à jour: 01-11-2015 | 20h09

MONTRÉAL - Une jeune femme de 20 ans, affectée par une rare mutation génétique, sait déjà qu'elle devra subir l'ablation des deux seins et des ovaires pour éviter de développer un cancer comme sa mère.

«Je peux l'accompagner, mais je ne peux pas faire les choses à sa place et c'est difficile pour une maman ça», explique Sylvie Rochette, la mère de la jeune fille qu'on ne peut identifier afin de protéger son anonymat.

La plupart des cancers du sein et de l'ovaire ne sont pas héréditaires. Mais les femmes porteuses d'une mutation des gènes BRCA1 et BRCA 2 sont souvent atteintes d'un cancer du sein ou de l'ovaire avant l'âge de 50 ans.

Le cas le plus célèbre est celui de l'actrice américaine Angelina Jolie, qui s'est fait retirer les seins et les ovaires de façon préventive.

Sylvie Rochette, elle, a d'abord eu un cancer du sein en 1997. L'année suivante, les médecins retiraient ses ovaires. Elle a aussi traversé un cancer de la thyroïde. Elle est bien placée pour épauler sa fille.

«Je lui ai dit "regarde, j'ai passé à travers trois cancers, c'est possible de le faire et si c'est ça qui te donne l'espérance de vie, alors oui il faut le faire"», ajoute Mme Rochette.

Très rares

Ces mutations BRCA1 et BRCA 2 sont rares; elles représentent seulement 5 % de tous les cancers du sein, et de 4 à 10 % de tous les cancers de l'ovaire.

Mais le risque d'une femme porteuse de la mutation génétique d'être un jour atteinte d'un cancer du sein est de 40 à 85 %.

Une mutation rare, mais cependant présente au Québec, selon un chirurgien oncologue du CHUM, le Dr Rami Younan. «Quelques familles ou quelques personnes sont arrivées au Québec il y a quelques siècles et il y a eu certainement de la consanguinité. Il y avait des gens qui avaient la mutation, qui s'est transmise de génération en génération.»

Aussi sur Canoe.ca:



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos