Agence QMI

Le crossfit à 65 ans!

Malgré ses 65 ans, Louise Roy, est déterminée à s'adonner au crossfit, une méthode de conditionnement physique exigeante qui combine notamment la force, l'haltérophilie, la gymnastique et les sports d'endurance.

L'athlète amateure de Rimouski a même déjà participé aux Reebok CrossFit Games, des compétitions internationales de cette discipline.

La première fois que Mme Roy a mis les pieds dans la salle de crossfit il y a cinq ans, elle a eu de la difficulté à compléter le parcours d'entraînement très intense.

«Je faisais une autre sorte d'entraînement un an avant, mais ça n'avait rien à voir avec le crossfit. C'était très difficile. Je n'avais pas la préparation», explique-t-elle.
L'athlète en est aujourd'hui à sa deuxième participation aux Reebok CrossFit Games. Elle ne croit pas que le sport soit dangereux, même à son âge.

«Chaque mouvement est adapté à la personne.»

Mme Roy n'a pas réussi à se qualifier pour la deuxième ronde des qualifications des CrossFit Games cette année, mais elle espère faire mieux l'an prochain.

Tout comme Louise Roy, Guy Ouellet tire son énergie de la présence du groupe.

«Il y a le groupe et le moniteur en avant qui te coache et qui te pousse à aller plus loin. Au début, j'ai trouvé ça rough. Quand tu arrives le midi ou le soir chez vous, et que tu dois descendre les marches, ça fait mal aux jambes! Au bout d'une semaine ou deux, ça rentre dans l'ordre.»

Le crossfit est-il un moyen de contrer la perte d'autonomie au fur et à mesure du vieillissement? Le propriétaire et entraîneur du CrossFit Rimouski, Benjamin Jean, en est convaincu.

«Faut vraiment le voir de même. L'entraînement du crossfit, c'est justement de développer et d'assurer l'autonomie de la personne à travers le temps.»

Après un certain temps, une visite chez le médecin est recommandée pour profiter des bienfaits de ce sport. «C'est certain qu'à cet âge-là, il y a des problèmes cardiovasculaires qui peuvent se développer. Il faut avoir un bon bilan à ce niveau-là. Ce qui est aussi intéressant, c'est d'aller chercher du musculo-squelettique, et d'avoir une évaluation en physiothérapie», soutient le physiothérapeute Benjamin Cayer.



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos