Karine Larose, Kinésiologue chez Nautilus Plus
Invisible

5 mythes sur l'exercice chez les hommes

5 mythes sur l'exercice chez les hommes

L'exercice n'a pas à faire mal pour être efficace.Fotolia

Karine Larose, Kinésiologue chez Nautilus Plus

De nombreux mythes existent dans le domaine de l'exercice. Je vous en présente cinq entourant l'entraînement chez les hommes plus particulièrement, et autant d'explications pour les démystifier.

En comprenant mieux ce que nous faisons et pour quelles raisons nous le faisons, les résultats seront certes plus rapides puisque le travail sera plus efficace.

Mythe 1: «No pain, no gain!»

L'objectif n'est pas de s'entraîner fort, mais plutôt de s'entraîner bien. On ne peut pas faire des entraînements extrêmement intenses 7 jours sur 7. Une alternance entre des entraînements intenses et modérés demeure la clé et la meilleure méthode.

Contrairement à ce que l'on pourrait penser, l'exercice n'a pas à faire mal pour être efficace. Il est, par contre, normal de ressentir un peu d'inconfort et de courbatures quelques jours suivant l'entraînement.

Mythe 2: «Je ne ferai pas de cardio, si je veux muscler»

L'exercice cardiovasculaire est important pour augmenter la vascularisation (formation de vaisseaux), ce qui va certainement aider à la prise de masse musculaire.

Il ne faut pas exagérer, mais 2 à 3 fois par semaine de 15 à 20 minutes, en règle générale, ne nuiront pas à la prise de masse musculaire. De cette façon, on s'assure de ne pas «engraisser» et de maintenir une bonne capacité cardiovasculaire.

Mythe 3: «Je ferai le même programme que celui de mon chum»

Chaque personne est unique et, à la suite d'un même stimulus, le corps réagira différemment de celui d'une autre personne. Alors, n'adoptez pas le programme de votre ami sans vous assurer qu'il vous convient.

Il est important de commencer par des exercices plus généraux, qui respectent votre condition physique (bâtir des fondations solides), avant de se lancer dans des exercices et des méthodes d'entraînement plus spécifiques (construire la maison), et ce, pour éviter des problèmes et des douleurs à court et à long terme.

Pour qu'un programme d'entraînement soit efficace, une personne qui s'y connaît et qui comprend vos objectifs doit le planifier. Donc penzez à consulter un entraîneur personnel-kinésiologue.

Mythe 4: «Je dois prendre des suppléments pour accélérer les résultats»

Les besoins quotidiens en protéines sont de 2 g par kilo de votre poids (par exemple: 120 grammes si vous pesez 60 kilos). Avec cette «dose», les suppléments ne sont pas nécessaires pour combler vos besoins.

Par contre, pour optimiser les résultats, elle peut être prise de façon stratégique et calculée. La période clé de reconstruction des muscles est tout de suite après l'entraînement. À ce moment, la protéine de lactosérum est rapidement assimilée.

Lors d'un programme de prise de masse musculaire, nos besoins en protéines ne sont pas plus élevés, mais le moment où ces protéines sont ingérées s'avère important. Votre entraîneur personnel pourra vous informer sur vos besoins précis

Mythe 5: «Faire des abdos est la seule façon d'avoir un "six-pack"»

Attention aux appareils qui, selon la publicité, vous définissent des «abdos d'enfer, sans effort, en trois minutes par jour». Il n'y a pas de machine d'abdos qui peut vous débarrasser de votre gras abdominal.

Il n'est malheureusement pas possible de réduire la quantité de gras à un endroit précis. La perte de gras est un processus systémique et elle se fera alors proportionnellement à travers le corps: visage, bras, cuisses, ventre, et ainsi de suite.

Par contre, pour vous aider à tonifier la région abdominale, je vous suggère de miser sur un régime alimentaire équilibré en plus d'un entraînement musculaire et cardiovasculaire général et d'effectuer aussi des exercices spécifiquement dédiés au renforcement des abdominaux pour les dévoiler lors de la disparition de votre couche de gras superflus.

J'espère que l'explication sur ces différents mythes vous aidera à changer votre façon de voir l'entraînement et vous permettra d'atteindre vos objectifs plus rapidement.


En plus des mentions «végétarien», «sans gluten» et «se prépare en moins de 30 minutes», de nouveaux pictogrammes identifient les plats qui se congèlent, qui se préparent à l'avance ou en moins de 15 minutes, le tout indexé pour faciliter la recherche.

Les recettes, créées par Sophie Blais et analysées par des nutritionnistes de Nautilus Plus membres de l'OPDQ (Ordre professionnel des diététistes du Québec), s'inscrivent dans le cadre de l'adoption de nouvelles habitudes alimentaires: Karine Larose explique ainsi les fondements d'une saine alimentation et donne des informations sur certains ingrédients et leurs bénéfices pour la santé.

Zéro diète 2, c'est:

• 100 recettes simples à préparer, nutritives, savoureuses et pouvant faire partie d'un processus de perte de poids ou de maintien d'un poids santé ;

• 18 recettes de déjeuners, 30 recettes de dîners, 30 recettes de soupers, 4 recettes de vinaigrettes, 10 recettes de collations et 8 recettes de desserts.

ACHETEZ LE LIVRE



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos