Confessions d'une médecin de famille

Chronique
Confessions d'une médecin de famille

Dre Anonyme
Canoë

En attendant...

En attendant...

Voici quelques trucs pour passer le temps dans les salles d'attente.Photo Fotolia

Dre Anonyme

Depuis belle lurette, le ministre Barrette promet moins de temps d'attente aux urgences, avec son plan «infaillible» de prise en charge par les médecins de famille. Le résultat? Le temps d'attente dans les urgences des hôpitaux du Québec est le pire en Occident. Vous vouliez des résultats? C'est pas beau ça?

Pour vous aider alors dans ces périodes d'attente interminables, voici quelques trucs pour passer le temps dans les salles d'attente.

1- Faites une sieste

Tout le monde manque de sommeil. Ça nous rend irritables et émotifs. Amenez votre oreiller, une couverte, et avisez la réceptionniste, au cas où ils appellent votre nom et que vous passez tout droit!

2- Comparez-vous aux autres

Je comprends. Vous êtes malades, ça ne file pas, vous êtes impatients. Mais parfois, quand on est dans la salle d'attente et qu'on voit des personnes âgées malades, des enfants qui font des convulsions fébriles, des cas d'accidents, ça nous remet en contexte que ce n'est pas la fin du monde si on passe après.

3- Prenez l'initiative

Sortez votre liste de médicaments, faites la liste de vos problèmes, de vos antécédents. Il y a même certains patients qui me font un tableau chronologique de leurs symptômes pour m'aider. Je suis plus efficace, et vous sauvez du temps. Mais attention, restez factuels. Je veux des symptômes, une chronologie, des médicaments, pas des diagnostics que vous avez trouvé vous-même sur Doctissimo!

4- N'essayez pas de nous intimider!

«Je suis avocat, je peux vous poursuivre, vous savez», «Je paie des taxes plus que les autres, je devrais passer», «Je ne bouge pas d'ici sans avoir vu le médecin!», «Appelez donc la police, voir ce qu'elle va faire». Ce sont toutes des phrases que j'entends régulièrement. Comme si, à la base, le triage médical ne valait rien, mais que des menaces, ça devrait être payant.

Si vous avez assez d'énergie pour vous mettre en colère et nous menacer, vous n'êtes pas à l'article de la mort non plus. Conseil: si vous êtes en colère, prenez une petite marche, prenez un café, demandez un antidouleur, méditez, mais ne vous en prenez pas au personnel qui travaille.

5- Portez plainte!

C'est rare que je dise ça, mais avec toutes les coupures, les remplacements, le manque de personnel, j'ai commencé à recommander à mes patients de porter plainte à leurs hôpitaux/CLSC. Le plus de plaintes sur le fonctionnement, le plus de pression sur le gouvernement pour changer les choses.

Vous n'avez pas à vous plaindre sur une personne en particulier: d'habitude mes patients se plaignent sur le manque de personnel. Nous comprenons en tant que professionnels de la santé que ce n'est pas personnel à nous, mais plutôt un mal nécessaire pour faire bouger les choses.

6- Allez chercher des cafés et des beignes pour le personnel

Comme ça ils seront contents et plus efficaces, et .... NON!!! Ceci était une blague. Je me sens toujours mal de devoir refuser des cadeaux. Pas que nous n'apprécions pas, mais nous ne voulons pas tomber dans le traitement de faveur, et le doute de pot-de-vin. Un simple merci ou une carte ont le même effet! De toute façon, j'ai promis de couper les beignes de ma diète.

Je ne veux pas minimiser la souffrance et la colère qu'on puisse ressentir quand on attend 14h dans une salle d'urgence. La réponse au problème n'est clairement pas dans les plans des derniers mois, vu que les temps d'attente n'ont qu'empiré... En attendant du vrai changement, je vais nous chercher de l'eau pis des magazines?

Pour questions et commentaires, écrivez à dreanonyme@gmail.com.

Précédents textes:


Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos