Confessions d'une médecin de famille

Chronique
Confessions d'une médecin de famille

Canoë

Le méchant argent!

Le méchant argent!

Photo Fotolia

Mon dernier article a suscité plusieurs commentaires dans le genre: «T'as pas à te plaindre, avec tes millions de dollars, tu fais bien pleurer avec ton salaire annuel de 300 000 $» ou bien «On le sait bien, les médecins, vous ne payez pas d'impôts». Ce qui me rend perplexe, parce que l'article n'avait pas du tout pour but de revendiquer une hausse de salaire pour les médecins. Je suggérais plutôt de fonctionner autrement, pour que le système de santé soit plus efficace... Mais, comme souvent au Québec, tout revient à l'argent, et comment c'est mal d'en faire.

Premièrement, éclaircissons quelques points: je gagne bien ma vie, je ne me plains pas. Mais je n'ai pas à m'excuser de gagner plus que la moyenne québécoise, ni à me censurer. C'est dangereux de commencer à dire qui mérite quoi comme salaire. Si vous ne connaissez pas un médecin, ni son horaire, ni ses responsabilités, vous n'en savez pas assez pour juger de son salaire. Arrêtez avec les «T'es là pour aider les gens, pas pour te faire de l'argent», même les organismes à but non lucratif se versent des salaires. Personne ne fait du bénévolat pour vivre.

 
 

«Pourquoi cet acharnement contre le succès monétaire?»

- Dre Anonyme

Je pense que le problème que les gens ont avec la paie des médecins, c'est qu'ils ont l'impression que c'est au détriment des autres citoyens. Que la préposée qui se fait couper son poste, c'est pour me payer, moi. Comme si gagner de l'argent doit nécessairement dire que je me suis fait du cash sur le dos de quelqu'un. Mon salaire serait pareil (sinon plus élevé) que je travaille ici, en Ontario ou au Japon, alors les problèmes de fonds en ce moment au Québec, c'est clairement une question de gestion et de bureaucratie!

Deuxièmement, une autre fausse idée véhiculée, c'est que les médecins s'incorporent pour ne pas payer de taxes. Une grande partie de mes collègues et moi même ne sommes pas incorporés parce que c'est trop de trouble et de gestion. Et je ne m'évertue pas à dire que je suis mieux que les autres qui s'incorporent: ceux qui sont incorporés paient des impôts aussi! Ils en payent sur leur salaire, le reste de leur profit (comme pour n'importe quelle compagnie) est moins imposé, mais doit être utilisé dans la compagnie (les bureaux, les salaires, etc). Ça ne va pas dans leurs poches! À lire les journaux, c'est comme si miraculeusement, quand on s'incorpore, on ne paie plus rien! Parlez-en aux propriétaires de PME au Québec, voir s'ils en paient moins... Le plus ridicule, c'est que les gens n'oseraient jamais dire que les personnes qui paient moins d'impôt, qui sont en réalité les plus démunis, n'ont pas le droit d'avoir des opinions. Pourquoi cet acharnement contre le succès monétaire?

Mais finalement la question que je pose, c'est en quoi ma paie affecte mon opinion, ou bien si j'ai le droit d'en avoir une? On dirait qu'à chaque fois que les professionnels de la santé émettent une opinion, que ce soit sur des médicaments ou bien sur des questions plus politiques, la façon numéro un de les discréditer, c'est de dire: «On le sait ben, ils sont payés par le Big Pharma». J'attends encore mon chèque des compagnies pharmaceutiques. Vous ne pensez pas que si j'ai les poches remplies d'argent sale et que je me fais vivre sur le dos de la population, que je ferais mieux garder le silence, plutôt que de décrier la situation? Je suis en train de vous dire que le système qui sera mis en place, où les médecins vont se faire récompenser au nombre de patients qu'ils voient (qu'ils soient malades ou non), est justement un système où il peut il y avoir de l'abus et de la surfacturation. Et la réaction? «T'as pas à parler, tu gagnes du gros pognon».

On est peu habiles avec les sous au Québec. On ne sait pas comment le gérer et on se fait trop influencer par des gros montants. Arrêtons d'en faire le point focal de toute discussion et de vouloir «rentrer dans notre argent». Essayons d'être plus efficaces, plus perfectionnistes, à utiliser nos ressources à bon escient. Et peut-être que là, on aura moins l'impression de se faire escroquer.

Pour questions et commentaires, écrivez à dreanonyme@gmail.com.

Précédentes chroniques:


Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos