Confessions d'une médecin de famille

Chronique
Confessions d'une médecin de famille

Dre Anonyme
Canoë

Comment éviter une relation toxique avec votre médecin

Comment éviter une relation toxique avec votre médecin

Vous ne voulez pas être à couteaux tirés avec votre médecin.Photo Fotolia

Dre Anonyme

Confession: à l'école de médecine, on riait des cours de relation médecin-patient. La participation aux cours de cardiologie était toujours au maximum, mais les cours sur l'empathie étaient parfois foxés. On se disait: «Au secours! Quel cours inutile! Tu vas m'enseigner comment toucher le patient de façon empathique? Comment lui parler? Quelle perte de temps». Maintenant, après 11 ans de pratique, je vois comment j'ai été naïve et je ravale mes mots. La communication entre les patients et les médecins, c'est encore plus important que la médecine elle-même.

Le Collège des médecins du Québec reçoit autour de 2000 plaintes chaque année. La majorité de ces plaintes ne sont même pas à caractère médical. On y lit parfois des récriminations telles que: «le médecin ne m'a pas expliqué...», ou bien «le médecin n'a pas fait le suivi» et beaucoup de «le médecin était arrogant et condescendant». Nous ne sommes plus dans l'ère où le patient recherche un «bon» médecin juste pour ses compétences, mais plutôt pour son approche et ses habiletés de communication.

Alors comment éviter de tomber dans une relation toxique avec votre médecin?

1- Ne soyez pas une carpe

J'entends souvent mes patients dire qu'ils n'ont pas dit un mot avec leur médecin, parce qu'ils avaient l'impression de le déranger ou bien ils avaient peur de se faire engueuler. Parlez, posez vos questions, au pire le médecin vous le dira s'il ne trouve pas ça inquiétant. Les médecins prennent parfois pour acquis que si vous ne posez pas de questions, c'est que vous avez tout compris.

2- Tenez votre médecin à jour

Rappelez-vous, votre médecin a 1500 patients (s'il est un robot qui travaille 22 h par jour). Blague à part: il ne sait pas ce qui est arrivé dans les derniers mois, ni les changements que vous avez apportés dans votre vie. Si vous avez changé quoi que ce soit dans vos médicaments, dans vos habitudes de vie, faudrait lui dire.

3- Pas d'engueulades avec ses secrétaires/infirmières

Quand vous êtes en couple, vous essayez d'avoir de bonnes relations avec la famille de votre conjoint(e). C'est la même chose avec les secrétaires et les infirmières de votre médecin: c'est sa famille, vaut mieux les avoir de votre bord.

4- On peut être en désaccord, sans s'haïr pour autant

On ne s'entend pas, mes patients et moi, sur plein de choses: des diètes, des médicaments, des philosophies. Mais l'important, c'est que mes patients comprennent qu'on est dans la même équipe. Ce n'est pas une guerre de qui a raison, qui a tort: ne vous attendez pas à ce que votre médecin soit d'accord avec vous sur tout. Et surtout, ne prenez pas notre désaccord pour du mépris ou bien de la condescendance.

5- Ayez un peu de foi

Je pense que, pour faire bonne équipe, vous devez faire confiance à votre médecin. Alors quand vous doutez de votre médecin, questionnez-vous sur ce qui vous amène à ça? Ce qu'il dit vous choque? Ou bien c'est ça façon de le dire? Parfois même le meilleur médecin peut être malhabile pour annoncer des mauvaises nouvelles, et des fois, malgré nous, notre ton peut être mal interprété. Informez-vous, allez chercher des conseils et un 2e avis, je ne vous dis pas de faire confiance aveuglément. Mais en fin de compte, gardez en tête que votre médecin n'a aucun gain ou avantage à bousiller votre santé.

Le pire dans ces relations toxiques, c'est que les patients qui ne sont pas écoutés, qui se sentent incompris, se tournent vers des alternatives à la médecine traditionnelle. Parfois ce sont de bonnes alternatives (physio, psycho, méditation), mais souvent ils se dirigent vers des charlatans, qui eux, donnent l'impression de les écouter. Alors essayons de part et d'autre de se faire comprendre, avant de se diriger vers du n'importe quoi!

Pour questions et commentaires, écrivez à dreanonyme@gmail.com.

Précédentes chroniques:


Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos