Cover Media

Partager ses sentiments négatifs est bon pour notre estime

Partager ses sentiments négatifs est bon pour notre estime

Cela nous donnerait l'impression d'être «une bonne personne».Photo Fotolia

Après cet article, vous ne regarderez plus les râleurs de Facebook de la même façon. En effet, une étude menée par les psychologues du Bowdoin College dans le Maine et de l'Université du Mississipi du Sud nous apprend que les commentaires que nous laissons sur les réseaux sociaux concernant les injustices du monde sont en fait la démonstration de notre désir de participer à son amélioration.

Un simple statut sur Facebook permettrait en fait d'augmenter l'estime de soi et nous donne l'impression d'être «une bonne personne».

Pour arriver à ce résultat, les chercheurs ont demandé à un groupe de participants de lire des articles fictifs portant sur le changement climatique ou l'exploitation des hommes dans des pays en voie de développement.

Pour la partie sur le changement climatique, la moitié des participants pouvait lire des articles biaisés qui pointaient du doigt la Chine, tandis que le reste du groupe lisait un autre type d'articles désignant les Américains comme étant les plus grands responsables.

Dans le même temps, ceux qui lisaient les articles sur le travail étaient encouragés à réfléchir sur la manière dont leur mode de vie et leur consommation contribuent à l'exploitation des enfants et au maintien de la pauvreté et des mauvaises conditions de travail dans des usines (fictives). 

À la fin, un questionnaire était distribué, interrogeant les participants sur leur sentiments de colère, leur désir de voir des punitions, leur culpabilité personnelle et leur propre compas moral. Les docteurs Zachary Rothschild et Lucas Keefer, responsables de l'étude, ont alors noté que les sentiments de culpabilité donnent de la colère aux gens, notamment chez ceux qui pensaient que les Américains étaient responsables du changement climatique.

D'après l'étude, la culpabilité augmente l'envie des participants de voir les entreprises responsables des mauvaises condition de travail, punis sévèrement.

Mais en exprimant cet outrage, les scientifiques ont remarqué que le sentiment de culpabilité devenait moins fort. Ainsi, le groupe pensant que les Américains sont responsables du réchauffement climatique ont été capables de réduire leur sentiment de responsabilité en condamnant par écrit ceux qui sont responsables du problème.

«L'opportunité d'exprimer son outrage moral envers des entreprises ou des pays qui sont présentés comme des coupables apporte un sentiment plus fort de moralité», indique les auteurs.

En d'autre termes, se montrer indigné sur Facebook, permet de faire baisser votre colère, notamment si vous vous sentez très coupable.



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos