Maxime Deland
Agence QMI

Les faits divers marquants de 2015

Les faits divers marquants de 2015

Voir en plein écran

Maxime Deland

MONTRÉAL - L'année 2015 a été ponctuée de faits divers marquants où les plaies béantes du passé ont refait surface tandis que la famille était, dans d'autres cas, au centre de drames éprouvants.

La découverte des restes de Cédrika Provencher à la mi-décembre, plus de huit ans après son enlèvement, reste donc, sans l'ombre d'un doute, le fait divers le plus marquant de l'année.

Rarement a-t-on vu une disparition aussi médiatisée que celle de la petite Cédrika, survenue le 31 juillet 2007, à Trois-Rivières. La fillette avait à ce moment 9 ans.

Le mystère entourant cette affaire a connu un dénouement tragique le 11 décembre, quand des chasseurs ont découvert son crâne par hasard dans un secteur boisé bordant l'autoroute 40, dans la municipalité de Saint-Maurice, près de Trois-Rivières.

Plusieurs dizaines de policiers de la Sûreté du Québec ont passé les 10 jours suivants à passer le boisé au peigne fin, à la recherche du moindre indice ou élément de preuve qui permettrait de faire avancer l'enquête.

À ce jour, le meurtrier de Cédrika n'a toujours pas été arrêté.

Meurtres crapuleux

Bon an, mal an, plus d'une cinquantaine de meurtres sont commis dans la province. Il arrive souvent que certains d'entre eux se démarquent des autres en raison de leurs circonstances.

Les assassinats de Samantha Higgins et de Cheryl Bau-Tremblay font assurément partie du lot.

Dans la nuit du 7 août, Samantha Higgins a mystérieusement disparu peu de temps après avoir quitté la résidence d'une amie, dans l'arrondissement de LaSalle, à Montréal.

Quatre jours plus tard, le corps démembré de la mère de famille de 22 ans a été découvert sous un ponceau, à Hinchinbrooke, près de la frontière américaine.

Dans la mire des policiers depuis le début de l'enquête, le fiancé de la jeune femme a été épinglé dans les jours qui ont suivi. Accusé de meurtre prémédité et d'outrage à un cadavre, Nicholas Fontanelli, 22 ans, est présentement en attente de son procès.

À peine trois semaines après le meurtre crapuleux de Samantha Higgins, un drame similaire s'est joué à Beloeil, au cœur d'un paisible quartier résidentiel. Cheryl Bau-Tremblay, âgée de 28 ans et enceinte de cinq mois, a mystérieusement disparu le 1er août.

Les policiers avaient mené des recherches intensives dans le secteur dans le but de la retrouver, mais sans succès.

Le cadavre de la jeune femme a été retrouvé cinq jours plus tard à l'intérieur de la résidence qu'elle partageait avec son conjoint, Alexandre Gendron.

Gendron, 35 ans, a ensuite été arrêté par les policiers pour le meurtre de sa conjointe.

Quelques jours plus tôt, le suspect s'était pourtant confié au Journal de Montréal et s'était dit très «angoissé par la disparition de son amoureuse».

Alexandre Gendron est actuellement détenu en attente de son procès pour meurtre prémédité, la pire accusation du Code criminel.

Drame familial

L'un des crimes les plus odieux de l'année 2015 a eu lieu le 2 juillet et a été commis par Michel Dubuc, 52 ans, un père de famille sans histoire de Boucherville.

Ce dernier aurait voulu se faire justice lui-même en allant abattre son ancien avocat, Me Benoît Côté, qu'il tenait responsable de ses déboires financiers. Michel Dubuc poursuivait Me Côté pour 1,2 million $, mais n'a pas attendu que la cause se règle devant les tribunaux avant d'assouvir sa soif de vengeance.

Dubuc s'est rendu au cabinet d'avocats de Me Côté, à Terrebonne, où il l'a froidement abattu d'une balle à la tête. La notaire Marie-Josée Sills, âgée de 30 ans et enceinte, a eu le malheur de se trouver sur le chemin de Michel Dubuc: elle a aussi été assassinée à l'intérieur du cabinet d'avocats.

Pour une raison qui demeure inexpliquée à ce jour, Michel Dubuc avait également abattu ses deux garçons de 19 et 21 ans plus tôt dans la journée dans la résidence familiale de Boucherville.

Après avoir commis quatre meurtres en l'espace de quelques heures, Michel Dubuc est retourné chez lui pour s'enlever la vie.

Enfin, l'année 2015 a été marquée par la plus importante rafle policière contre le crime organisé depuis l'opération SharQc, en 2009. Ce coup de filet d'envergure, qui a eu lieu le 19 novembre, a permis l'arrestation d'une quarantaine d'individus, dont les présumées têtes dirigeantes de la mafia montréalaise, des Hells Angels et des gangs de rue. Selon les autorités, ces trois organisations criminelles formaient une alliance afin de garder le plein contrôle de la vente de stupéfiants dans la grande région de Montréal.



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook