Les nouvelles tendances pour les sapins

Les

Photo Fotolia

Quoi de neuf en matière de sapin? Il y a des modes c'est certain... En décoration de Noël, comme en toute chose, les modes extrêmes passent rapidement, mais le sapin traditionnel est toujours de mise, bien que revu et corrigé selon les goûts du jour.

Le traditionnel

Vous vous rappelez ce sapin naturel orné de boules dépareillées accumulées au fil du temps? Il s'en brisait beaucoup chaque année, la trâlée d'enfants et le chat de la maison participant à la casse. L'esprit économe de nos mères n'aurait même jamais imaginé renouveler la totale dans le simple but d'uniformiser le look.

Alors, c'est un méli-mélo de décorations de toutes formes et de toutes couleurs qui garnissait le sapin. On a remplacé la fibre de verre des cheveux d'ange de l'époque par des matières moins dangereuses, mais la neige en aérosol et les glaçons argentés sont toujours de mise.

Les teintes de base sont le vert, le rouge et le blanc. En plus de la variété, osez la démesure, il ne doit rester aucun espace libre entre les branches!

Le nordique

Le sapin tout de blanc paré a la cote depuis quelque temps déjà. L'engouement ne se dément pas, car il apporte cette petite touche de calme et de modernité se mariant à merveille à tout décor. Pour faire dans la brillance pleine d'esbroufes à la mode Reine des Neiges, on multiplie les argentés et les moirés chatoyants, les étoiles, les plumes et les anges. Le tout doit être étincelant à en faire mal aux yeux!

Les puristes du design rechercheront plutôt la ligne de pensée scandinave avec des décorations blanches aux lignes épurées, des flocons stylisés, des chevreuils ou des rennes aux traits à peine ébauchés. On complète avec des boules ou des guirlandes de branchage achetées dans les grandes surfaces ou confectionnées avec la vigne vierge qui envahit vos murs extérieurs si le cœur vous en dit. On fait dans le minimalisme et la sobriété, mais des quantités d'oh! et d'ah! sortiront de la bouche de vos invités.

Le créatif

Envie de bricoler? On profite de l'automne tardif pour aller ramasser des cocottes dans les parcs avec les enfants. Elles seront nouées aux branches du sapin avec de beaux rubans colorés, tout comme les bâtons de cannelle achetés en grandes quantités à petits prix dans les épiceries asiatiques. On sort la machine à maïs soufflé pour en enfiler les grains en alternance avec des baies de canneberges afin d'obtenir une guirlande contrastée. En finale, on ajoute ça et là quelques rubans, mais surtout, on suspend aux branches des bonbons à la menthe en forme de cannes qui feront saliver les enfants jusqu'à la nuit de Noël, moment où on leur donnera enfin la permission de s'en régaler.

Pour une touche artistique, on va souffler sa propre boule de Noël chez Espace Verre dans le Vieux-Montréal. En famille, entre amis ou collègues de bureau, chacun pourra choisir son modèle et ses couleurs, pour ensuite participer avec l'artiste souffleur à la création de son chef-d'œuvre. À partir de 3 ans. Réservations : 514 933-6849. On y offre aussi des boules et des décorations créées par des artisans verriers.

Le minimaliste

Les contraintes occasionnées par les lieux d'habitation restreints peuvent être contournées de différentes manières. Mentionnons d'abord qu'on peut maintenant trouver sur le marché de petits arbres naturels bien garnis en branches comme en épines. Sinon, on peut créer une atmosphère nuit de Noël en disposant en forme de sapin un simple fil d'ampoules lumineuses sur le mur.

Plusieurs modèles de sapins de table sont proposés sur le marché. On craque toujours pour le plant de romarin taillé qu'on décore de petites boucles ou de boules minuscules si cela n'était pas déjà en place lors de l'achat. Il parfume l'environnement de son arôme vif faisant avantageusement concurrence à l'odeur de sapinage.

On peut aussi se tourner vers les centres de table ou décorations de fenêtres et de portes afin de séduire non seulement les enfants, mais le père Noël lui-même, pardi!

Naturel ou synthétique?

On hésite entre le sapin de Noël naturel ou synthétique? Une étude effectuée en 2009 par la firme Ellipsos (devenue Ellio), spécialisée en développement durable, démontre que, sur une base annuelle, le sapin naturel génère 3,1 kg d'équivalent CO2, tandis que le sapin artificiel en émet 8,1 kg. Pourquoi donc se priver des effluves de la nature dans son salon?

Cependant, descendre un sapin séché du énième étage d'une tour à condo peut déclencher quelques conflits avec les voisins. Mieux vaut alors opter pour le sapin artificiel. Dans les deux cas, les impacts sur l'environnement sont négligeables s'ils sont comparés à ceux d'autres secteurs d'activité, dit aussi l'étude. Il ne faut donc pas se sentir trop coupable du choix pour lequel on opte.

Aussi sur Canoe.ca



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos