Les traditions de Noël reculent

Les

Un Canadien sur 10 n'a pas l'intention de souligner Noël.Photo Fotolia

Les échanges de cadeaux à Noël, les repas à la dinde et les sapins sont moins populaires qu'ils ne l'étaient, constate un sondage de la firme Ipsos mené à la grandeur du Canada, rapporté par le réseau Global News.

Depuis 2010, la proportion des personnes qui mangent de la dinde pour Noël est passée de 75 % à 65 %, celle de personnes qui font un sapin de Noël a baissé de 78 % à 70 %, tandis que les échanges de cadeaux ont connu un recul de 80 à 75 % entre 2014 et 2016.

Un Canadien sur 10 a même indiqué à la maison de sondage qu'il n'avait pas l'intention de souligner Noël de quelque manière que ce soit.

«Comme le Canada se diversifie, devient de plus en plus une terre d'immigrants et que l'origine de ceux-ci change, il n'est pas surprenant que la proportion des personnes qui suivent ces traditions baisse», a expliqué Sean Simpson, porte-parole d'Ipsos, à Global News.

Mais il reste que la majorité des Canadiens (68 %) souhaite encore que l'on continue à appeler les célébrations de la fin de l'année, la période de Noël, alors que l'autre tiers des personnes sondées préfère l'expression, le temps des Fêtes.

Sans surprise, le sondage indique que les baby-boomers sont beaucoup plus enclins à suivre les traditions de Noël que les milleniaux. «La démographie a aussi beaucoup d'influence», note M. Simpson, d'Ipsos.

«Il est donc évident que ces changements (dans les croyances) vont continuer au fur et à mesure que le Canada va évoluer», a-t-il ajouté.

Invités à donner une appréciation de la performance du père Noël en 2016, les trois quarts des personnes sondées (76 %) lui ont donné une note positive. En 2015, la cote de popularité du père Noël était de 78 %.

Ce sondage a été mené par internet entre le 15 et le 21 décembre auprès de 3004 personnes. La marge d'erreur est de plus ou moins 3,5 %, 19 fois sur 20.



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos