Charles Lecavalier
Agence QMI

François Legault veut fédérer le vote nationaliste

Charles Lecavalier

QUÉBEC - François Legault s'inspire de l'Union nationale et dit vouloir fédérer le vote nationaliste. Il appelle les péquistes à voter pour le «Québec d'abord» et à oublier le «pays imaginaire».

«On veut envoyer un message très clair à tous les nationalistes au Québec. On a besoin de regrouper les forces des nationalistes si on veut être capable de battre les libéraux», a lancé François Legault jeudi lors d'un point de presse à Drummondville à la suite du premier caucus de la Coalition avenir Québec depuis les élections.

Le chef caquiste s'inspire ouvertement de l'Union nationale, avec qui la CAQ a des «ressemblances.» Il a répété à plusieurs reprises la formule du «Québec d'abord» de Daniel Johnson père et de l'Union nationale, qui préconisait l'autonomie de la province dans ses relations avec Ottawa.

«Autonomiste, nationaliste, le Québec d'abord, ce sont des mots qui se ressemblent», a estimé François Legault.

Les «bonnes choses» de l'Union nationale

«Il y a des ressemblances [avec l'Union nationale], mais on ne va pas retourner dans la grande noirceur. Il y a des sujets avec lesquels on n'est pas d'accord, mais de dire qu'on va s'approprier plus de pouvoir, qu'on va être indépendant économiquement, ça reste encore bon aujourd'hui», a souligné le chef caquiste.

Jeudi matin, François Legault avait fait un «appel à tous les péquistes de se joindre à un parti nationaliste moderne». «Tout le monde est le bienvenu à la CAQ. Jean-François Lisée est le bienvenu, Pierre Karl Péladeau, s'il vend ses actions et Bernard Drainville aussi. Tout le monde est le bienvenu à la CAQ», a-t-il déclaré, le sourire aux lèvres.

Pour devenir cette «alternative réelle» aux libéraux, François Legault veut percer en région. Et il veut le faire grâce à l'identité. À son avis, il existerait deux Parti québécois. Le PQ de Montréal, «très à gauche», et le PQ des régions, «l'ancienne Union nationale.»

Une clientèle «disponible»

C'est cette clientèle «disponible» que la Coalition avenir Québec veut rapatrier. «Ce sont des Québécois qui se soucient de l'argent qui est durement gagné et qui doit être dépensé correctement. Ils veulent qu'on gère mieux les finances publiques et c'est ce qu'on propose à la CAQ», a soutenu M. Legault.

Veut-il refaire l'Union nationale ? «Il y en a qui disent ça de la CAQ. Ce qu'on veut, c'est un parti qui défend les intérêts du Québec d'abord, mais qui accepte la volonté de la majorité des Québécois qui veulent rester à l'intérieur du Canada», a soutenu le chef caquiste et ancien ministre péquiste.

C'est d'ailleurs ces «bonnes choses» de l'Union nationale que François Legault veut ramener à l'avant-plan. Contrairement à l'UN et au PLQ de Jean Lesage, les libéraux de Philippe Couillard ont abandonné le Québec d'abord, a-t-il dit.



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook

Vidéos

Photos