L'art et le chocolat: un mariage réussi

L'art

Le Salon du chocolat de Paris organise un défilé appétissant, mêlant mode et chocolat. Photo Julien Millet

Marie-Hélène Goulet

Aussi délicieux soit-il, le chocolat ne satisfait pas que notre gourmandise. La preuve, plusieurs artistes l'ont utilisé pour étancher leur soif de création. Voici quelques œuvres dans lesquelles l'art et le chocolat s'allient à merveille...

Choco-mode

Depuis quelques années, le Salon du chocolat de Paris organise un défilé appétissant, mêlant mode et chocolat. C'est à des étudiants en design et à des chocolatiers d'expérience que revient la création de robes toutes aussi délicieuses les unes que les autres.

Si certaines tenues s'émiettent quelque peu sur la passerelle immaculée, sachez qu'elles ne fondent pas grâce à une colle spéciale qui les aide à tenir le coup, malgré la chaleur des projecteurs.

Cette année, c'est sous le thème de la magie moderne, les métamorphoses et l'alchimie du cacao que les mannequins ont fait craquer l'audience.

Déclinaisons chocolatées

Le chocolat est loin de ne satisfaire que le sens du goût: il régale nos autres sens grâce au cinéma, à la littérature, à la télévision et à la chanson.

Les livres Chocolat, de Joanne Harris, et Charlie et la chocolaterie, de Roald Dahl, ont fait le bonheur des lecteurs ainsi que celui des cinéphiles lorsqu'ils ont été portés au grand écran.

Sur un air délicieux, Dalida a chanté «caramels, bonbons et chocolats» dans Paroles... paroles, tandis que Joe Dassin s'est fait coquin dans son succès Le petit pain au chocolat.

Plus près d'ici, le téléroman La promesse (diffusé à TVA), de Danielle Trottier, a suivi pendant sept saisons les aventures du chocolatier Luc Marion (Sébastien Delorme).

Hommage aux premiers chocolatiers

Pour célébrer son 30e anniversaire, la compagnie Qzina a décidé de construire la plus grosse sculpture chocolatée du monde et de voir ainsi son nom figurer dans le Livre Guinness des records.

Il a fallu 18 239 lb de chocolat à François Mellet et à son équipe pour réaliser une réplique du temple maya Kukulkan, en hommage au premier peuple cultivateur de chocolat.

Les artisans qui ont participé au projet ont sculpté la matière sucrée durant 400 heures. La somptueuse pyramide a été exposée jusqu'au 21 décembre 2012 au Qzina Institute of Chocolate & Pastry, en Californie.

Page 2: S.O.S. hippos, «sculpteur de goût»