Yves Poirier
Agence QMI

Les employés de l'usine CCR testés régulièrement

Les employés de l'usine CCR testés régulièrement

Photo Le Journal

Yves Poirier

MONTRÉAL-EST - Même si la Santé publique veut se faire rassurante en disant que les risques sont très faibles pour la population, la concentration d'arsenic dans l'air à Montréal-Est, en provenance de l'usine CCR, continue de soulever des questions.

D'ailleurs, le syndicat des Métallos représentant les 370 travailleurs de l'usine a rencontré la direction, lundi matin.

«Les travailleurs syndiqués n'ont pas d'inquiétude, car nous travaillons dans un environnement sécuritaire. Ils sont d'ailleurs testés. Jamais l'un de nos travailleurs n'a eu un dépassement pour l'arsenic. Nous n'avons pas eu de dépassements positifs. Des tests sanguins et urinaires sont réalisés régulièrement. On continue de suivre la situation de près. Les travailleurs sont suivis», a assuré à TVA Nouvelles Stéphane Côté, président de la section locale 6887 des Métallos.

«Ça fait 31 ans que je suis ici et on passe des tests régulièrement.»

M. Côté, dans le cadre de la rencontre matinale avec l'employeur, a demandé à ce dernier de communiquer avec les travailleurs, étant donné que le dossier a fait la manchette, dans le but de les rassurer.

«La compréhension de l'affaire est différente de tous et chacun. On a demandé à la compagnie de passer le message aux employés», a indiqué le président du syndicat de l'usine.

En fin de semaine, notre Bureau d'enquête a rapporté que la concentration d'arsenic (un produit cancérigène) dans l'air d'un quartier de Mont­réal-Est - où est située l'affinerie de cuivre CCR - atteindra cette année 200 % de la norme fixée par les autorités. Et, selon le rapport de la Direction régionale de santé publique cité samedi par notre Bureau d'enquête, en 2011, le dépassement du seuil maximal acceptable était de 400 %.



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos