Dominique Lelièvre
Agence QMI

Les employés de la SAQ dans la rue

Les employés de la SAQ dans la rue

Photo d'archives, Chantal Poirier

Dominique Lelièvre

Le bras de fer entre les syndiqués de la Société des alcools du Québec (SAQ) et leur employeur se poursuit, lundi, alors que les travailleurs, en grève pour une quatrième journée depuis le début du conflit, iront manifester dans les rues de Québec et de Montréal.

Après avoir procédé à une grève-surprise dimanche, le Syndicat des employés de magasins et de bureaux de la SAQ (SEMB-SAQ) a annoncé, lundi matin, que ses membres allaient converger des quatre coins du Québec vers la métropole et la capitale nationale afin de manifester vers midi.

Les syndiqués sont attendus au parc de la Capture-d'Ethan-Allen, à Montréal, et devant le magasin SAQ Sélection de l'édifice Jules Dallaire, à Québec.

Selon l'avis transmis aux médias, les grévistes désirent « [crier] haut et fort leur indignation concernant à la volonté de la SAQ de les appauvrir et de diminuer leurs conditions de travail ».

Pour une quatrième journée depuis le début du conflit de travail, les quelque 400 points de vente de la SAQ seront perturbés par la grève. Le syndicat dispose d'une banque six jours de grève tel que voté par 91% des employés en juin.

La SAQ affirme que plus de 70 succursales demeureront ouvertes au Québec.

Points d'achoppement

Selon le syndicat, les négociations, qui durent depuis 20 mois, achoppent principalement sur les conditions de travail et le déplacement d'heures la fin de semaine. L'organisation syndicale accuse la direction de vouloir augmenter la précarité d'emploi et de nuire à la conciliation famille-travail.

La partie patronale réplique qu'elle a fait plusieurs concessions à ce sujet et affirme que le débat porte davantage sur les demandes salariales des syndiqués, qu'elle juge déraisonnables.

«[La SAQ] a déposé des propositions qui répondent spécifiquement à ces préoccupations. Elle a notamment offert des postes de 38 heures à tous les employés qui sont actuellement à 30 heures, avec certains avantages associés, améliorant ainsi leurs conditions de travail, dont celles portant sur la stabilité de leur horaire», affirme la société d'État dans un communiqué, lundi.

Les quelque 5500 travailleurs impliqués dans cette grève travaillent dans environ 400 succursales et dans les bureaux administratifs de la SAQ. Ils sont sans convention collective depuis 20 mois.

Plus de détails à venir...



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos