Maxime Huard
Agence QMI

Pénitenciers fédéraux: le Québec champion de l'alcool, du haschich et du tabac

Pénitenciers fédéraux: le Québec champion de l'alcool, du haschich et du tabac

Photo d'archives

Maxime Huard

OTTAWA | Les détenus dans les pénitenciers fédéraux du Québec sont les plus délinquants au pays pour ce qui est de dissimuler de l'alcool, du haschich et du tabac, montre la liste des objets saisis en 2017-2018 par le Service correctionnel du Canada.

Puisqu'ils accueillent les criminels condamnés à deux ans d'emprisonnement et plus, les établissements fédéraux sont plus propices aux trafics de toutes sortes que les prisons provinciales, selon le spécialiste en criminologie Jean-Claude Bernheim.

«Les détenus qui ont des plus longues peines ont le temps de mettre en place un réseau, explique-t-il. À l'intérieur comme à l'extérieur, les consommateurs veulent acheter et les membres de gangs veulent contrôler le marché.»

Alcool

En proportion du nombre de détenus, c'est au Québec qu'on a effectué le plus grand nombre de saisies liées à l'alcool au pays. On en dénombre 287 pour un peu moins de 3000 détenus (en juin 2017), contre 332 pour un peu moins de 4000 détenus dans les Prairies.

L'alcool est d'ailleurs la «substance intoxicante» la plus confisquée dans les prisons fédérales du Québec. «C'est un trafic qui remonte à des décennies. C'est une façon pour les détenus de faire de l'argent, mais aussi de se négocier un statut au sein de la prison», indique M. Bernheim.

Les autorités carcérales ont mis la main sur de l'alcool distillé, de l'alcool de fabrication artisanale, du «liquide en fermentation» ou autre à 239 reprises. Pas moins de 40 alambics ont également été retirés aux détenus fédéraux de la province.

À l'échelle du pays, l'alcool est de loin la substance la plus saisie dans les prisons fédérales. Elle est liée à 1020 saisies, qu'il s'agisse d'alcool sous toutes ses formes ou bien de matériel pour en fabriquer.

Haschich

La deuxième «substance intoxicante» la plus fréquemment confisquée aux détenus dans les prisons fédérales du Québec est le haschich. Les gardiens des pénitenciers fédéraux en ont saisi 150 fois, presque cinq fois plus que dans toutes les autres régions canadiennes réunies.

Par contre, le Québec est la région où on saisit le moins de marijuana. Avec 21 saisies, les prisons fédérales québécoises se situent loin derrière l'Ontario, où de la marijuana a été confisquée 48 fois en 2017-2018.

Fait étonnant : on a saisi au Québec 46 stylos pour fumer de la marijuana, un sommet au pays.

En comparaison, les saisies d'opioïdes et de fentanyl sont plus nombreuses dans les régions du Pacifique (108) et des Prairies (107), qu'au Québec (19). Parmi les provinces, la crise des opioïdes au Canada a été la plus meurtrière en Colombie-Britannique et en Alberta dans la dernière année.

«Les prisons ne sont pas des endroits déconnectés. Il y a une continuité avec le milieu social, et les questions de disponibilité géographique entrent aussi en ligne de compte», précise Jean-Claude Bernheim.

Tabac

D'après les données du Service correctionnel du Canada, ce sont les détenus du Québec qui se font le plus souvent prendre avec du tabac.

Pas moins de 190 saisies de tabac ont eu lieu au Québec en 2017-2018, ce qui représente environ le tiers des 585 saisies ayant eu lieu au Canada dans les prisons fédérales.

«L'interdiction de fumer dans les pénitenciers est absolue. Ça cause donc énormément de contrebande. Comme partout, quand il y a une pénurie, il y a un marché noir», observe le spécialiste en criminologie Jean-Claude Bernheim.

Les 190 saisies incluent principalement du tabac en vrac (99), mais aussi des objets liés au tabac (45), des cigarettes (31), des timbres de nicotine (11), du tabac emballé (3) et des cigares (1).

Autres faits saillants:

Il y a eu en 2017-2018 une seule saisie de viagra, en Atlantique.

Pas moins de 907 objets coupants (couteaux, pics, lames de rasoir, lames rétractables, verre) ont été saisis. C'est de loin le type d'arme le plus confisqué.

Les gardiens de prison confisquent très peu de pornographie. Sur les 8381 objets saisis au pays dans la dernière année, seulement 28 tombent dans cette catégorie.

Le matériel de tatouage compte pour près de 13 % de toutes les saisies. Les autorités ont mis la main sur 1071 objets, dont 468 dans les Prairies seulement, incluant des pistolets, des pochoirs et de l'encre.

Les gardiens saisissent un nombre important d'objets électroniques (347), qui comprennent autant des télévisions (87), des stéréos (69) et des téléphones cellulaires (40), que des chargeurs (27), des batteries (19) ou des cartes SIM (12).



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos