Dominique Lelièvre
Agence QMI

Un nouveau plan contre la violence conjugale avant l'été

Les consultations du gouvernement ont pris fin hier à Québec - Un nouveau plan contre la violence conjugale avant l'été

La ministre de la Condition féminine, Hélène David, et son adjoint parlementaire, David Birnbaum, ont mis fin aux consultations en matière de violence conjugale, à Québec, vendredi. Le gouvernement souhaite élaborer un plan d'action d'ici juin.Dominique Lelievre

Dominique Lelièvre

La ministre de la Condition féminine, Hélène David, promet de travailler «fort et rapidement» afin de présenter avant la fin de la session parlementaire un nouveau plan de lutte contre la violence conjugale.

C'est l'objectif qu'a fixé la ministre, hier, à la clôture des consultations en matière de violence conjugale, devant plusieurs dizaines d'intervenants des milieux parapublic, communautaire et de la recherche. Après s'être déplacée à Gatineau, Rivière-du-Loups et Montréal, depuis le mois dernier, la tournée a pris fin à Québec.

En tout, plus de 350 participants y ont pris part.

Plus de dénonciations

Si le mouvement #MoiAussi cible avant tout les inconduites sexuelles, il a surtout créé un contexte favorable aux dénonciations qui se ressent jusque dans les organismes d'aide aux personnes violentées dans la vie conjugale. Les listes d'attentes débordent dans la plupart des centres d'hébergement, a souligné la ministre.

« On va devoir travailler fort et rapidement pour déposer ce plan d'action, pour lequel on vise la fin juin, et pour affecter les sommes que nous avons obtenues », a déclaré Hélène David en référence à l'enveloppe de 85 millions $, sur cinq ans, annoncée dans le dernier budget provincial. Des sommes qui s'ajouteront aux budgets existants.

Le plan adressera les enjeux évoqués lors des consultations, dont les défis financiers des maisons d'hébergement, les besoins particuliers des enfants, des personnes âgées et des communautés autochtones, l'accompagnement des agresseurs et l'éducation au consentement et à la sexualité.

Populations immigrantes

Le gouvernement souhaite aussi répondre aux besoins en traduction des organismes venant en aide aux victimes issues de l'immigration. « Il y a un centre qui nous a dit qu'ils avaient besoin de traducteurs pour 40 langues différentes, ici à Québec », a illustré Mme David.

Également impliquée dans les consultations, la ministre de la Justice, Stéphanie Vallée, a pour sa part plaidé pour « une justice plus accessible et rassurante » pour les victimes de violence conjugale.

Dans le cadre du précédent plan d'action, pour les années 2012 à 2017, près de 525 millions de dollars ont été investis pour prévenir et contrer la violence conjugale.



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos