Agence QMI
Agence QMI

La GRC crée une banque nationale pour l'ADN des personnes disparues

La GRC crée une banque nationale pour l'ADN des personnes disparues

PHOTO AGENCE QMI, JOEL LEMAY

Agence QMI

OTTAWA - La Gendarmerie royale du Canada (GRC) disposera dorénavant d'une banque de données génétiques des personnes disparues, un outil qui sera accessible à tous les services policiers au pays.

Lancé lundi matin, le nouveau programme national de la GRC permettra de stocker trois types d'échantillons biologiques et de profils d'ADN dans la Banque nationale de données génétiques (BNDG).

Un fichier sera consacré au profil génétique des personnes disparues, établi à partir d'effets personnels comme une brosse à dents ou des vêtements. Un deuxième fichier stockera l'ADN de restes humains trouvés. Puis, les parents de personnes disparues pourront soumettre volontairement leur profil génétique à des fins de comparaison.

Le ministère de la Sécurité publique assure que, par respect pour la vie privée, les données recueillies auprès des parents ne serviront pas dans le cadre d'enquêtes criminelles.

Deux autres fichiers seront également ajoutés à la BNDG. Les victimes d'actes criminels pourront soumettre volontairement leur profil génétique afin d'aider, par exemple, à faire des liens entre différentes scènes de crime ou à identifier des récidivistes. Tout donneur volontaire autre qu'une victime pourra également soumettre des échantillons pour faire avancer une enquête.

Les services policiers, les coroners et les médecins légistes de partout au Canada pourront se tourner vers le laboratoire de la BNDG à des fins d'analyse.

Ce programme «ne permettra pas de résoudre tous les cas, mais il sera un outil précieux à la disposition des services policiers pour qu'ils puissent aider les proches à tourner la page», a fait savoir par communiqué le ministre de la Sécurité publique, Ralph Goodale. Ce dernier indique que la mise sur pied de la banque de données a nécessité quatre ans de travail.

Selon les chiffres du ministère, plus de 78 000 personnes ont été portées disparues en 2017 au Canada, dont 88 % ont été retrouvées en sept jours ou moins. Quelque 500 individus chaque année manquent toujours à l'appel un an après le signalement.



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos