Agence QMI
Agence QMI

Les taux d'homicides diminuent au Québec à un record

Les taux d'homicides diminuent au Québec à un record

Photo archives

Agence QMI

OTTAWA - Les taux d'homicides ont reculé au Québec l'an dernier, atteignant un record, alors que le nombre d'homicides à l'échelle nationale est demeuré stable, a fait savoir mercredi Statistique Canada.

Selon l'agence fédérale, il y a eu 67 homicides en 2016 dans la province, ce qui représente le plus faible taux d'homicides (0,80 pour 100 000 habitants) depuis le début de la collecte des données en 1961.

À l'échelle du pays, il y a eu au total 611 homicides au Canada en 2016, soit deux de plus que l'année précédente.

Malgré tout, le taux d'homicides (1,68 pour 100 000 habitants) a diminué de 1 % par rapport à 2015, en raison de la croissance démographique au Canada, a souligné Statistique Canada.

«Les homicides demeurent rares au Canada, puisqu'ils représentent moins de 0,2 % des crimes violents déclarés par la police en 2016; pourtant, ces événements peuvent influencer négativement les perceptions de la sécurité dans les collectivités», a toutefois mentionné l'agence.

C'est en Ontario et en Saskatchewan qu'on observe les hausses les plus prononcées du nombre d'homicides. C'est cette dernière province de l'Ouest qui a d'ailleurs affiché le taux d'homicides le plus élevé (4,69 pour 100 000 habitants) de toutes les provinces.

«La hausse observée en 2016 [en Saskatchewan] s'explique en partie par une augmentation du nombre d'homicides attribuables à des gangs», a noté l'agence fédérale.

La tendance s'observe d'ailleurs partout dans le pays puisque le nombre d'homicides attribuables aux groupes du crime organisé ou à des gangs de rue a augmenté, s'élevant à 141, soit 45 de plus qu'en 2015. C'est près du quart des homicides commis au Canada, l'année dernière.

«Il s'agit de la deuxième année consécutive où le nombre et le taux d'homicides attribuables à des gangs ont augmenté, indique-t-on. En 2016, le taux d'homicides attribuables à des gangs était le plus élevé enregistré depuis le sommet atteint en 2008. De 2009 à 2014, le taux a affiché une tendance à la baisse.»

Le nombre d'homicides commis à l'aide d'une arme à feu a aussi augmenté, et ce, pour une troisième année consécutive.

Aucun homicide à Trois-Rivières

Dans les régions métropolitaines de recensement (RMR), c'est Thunder Bay (huit homicides) qui a le taux d'homicides le plus élevé de toutes les RMR, à 6,64 homicides pour 100 000 habitants. Suivent ensuite Edmonton et Regina.

Québec fait très bonne figure dans le palmarès canadien, comme Montréal. Toutefois, au Québec, la palme revient à Trois-Rivières avec aucun homicide déclaré en 2016. C'est aussi le cas à Kingston et dans le Grand Sudbury, en Ontario.

Par ailleurs, le taux d'homicides commis contre des femmes et des filles autochtones a diminué de 31 % par rapport à l'année précédente. Statistique Canada note aussi une diminution de la proportion de victimes d'homicide de sexe féminin et portées «disparues» avant la découverte de leur décès.



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos