Agence QMI
Agence QMI

Allégations d'inconduites sexuelles: Sylvain Archambault s'excuse pour des gestes d'une «autre époque»

Allégations d'inconduites sexuelles: Sylvain Archambault s'excuse pour des gestes d'une «autre époque»

Le réalisateur Sylvain Archambault est visé par des allégations d'inconduite et de harcèlement par une vingtaine de comédiens et de techniciens.Photo d'archives Sébastien St-Jean

Agence QMI

MONTRÉAL | Le réalisateur Sylvain Archambault, visé par des allégations d'inconduite et de harcèlement par une vingtaine de comédiens et de techniciens, a présenté ses excuses dimanche.

Dans un communiqué, le réalisateur derrière les séries Les pays d'en haut et Mensonges et le film Piché - Entre ciel et terre, entre autres, a reconnu que certaines allégations «ont un fondement de vrai». Ce dernier nie toutefois avoir posé quelque geste désobligeant que ce soit à caractère sexuel.

«D'entrée de jeu, j'aimerais dire à ceux et celles qui ont pu se sentir humiliés par mes propos ou blessés par des gestes déplacés, que je n'ai jamais, au grand jamais, eu l'intention de le faire. Si ce fut le cas, je m'en excuse profondément», a écrit M. Archambault.

«Il est vrai que j'ai fait usage dans toute ma carrière d'un langage ou poser des gestes qui appartiennent à une autre époque. Aucun cependant ne peut justifier de me qualifier d'agresseur ou d'harceleur sexuel. [...].

Toutefois, ces comportements étaient sans malice, ni mauvaises intentions», a-t-il poursuivi.

Le réalisateur a indiqué avoir l'intention de terminer le tournage de la quatrième saison de Mensonge, avant de se retirer «pour faire le point... pour revoir mes façons de faire, pour m'approprier de nouvelles approches». Il entend toutefois continuer à pratiquer son métier.

Plus tôt la semaine dernière, une vingtaine de personnes ont témoigné d'histoires d'attouchements, de consommation d'alcool et d'humiliations dans un reportage publié dans La Presse +.

M. Archambault avait nié ces allégations et répliqué que «les personnes ayant formulé des propos mensongers feront l'objet de procédures judiciaires», tout en dénonçant l'anonymat qui «permet de dire n'importe quoi, même des faussetés».

La présidente de l'Union des artistes, Sophie Prégent, s'était elle aussi retrouvée dans la tourmente lorsque des acteurs avaient dénoncé sa complaisance à l'endroit du réalisateur dans une entrevue accordée au 98,5 FM. «Si j'ai dit quelque chose ce matin [mercredi] qui a pu être interprété par vous ou d'autres comme un manque de compassion à l'égard de personnes affectées par le comportement de M. Archambault, je m'en excuse sincèrement», avait-elle réagi par la suite.



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos