Kathleen Frenette
Agence QMI

Une femme qui a échappé à une tentative de meurtre témoigne

Une femme qui a échappé à une tentative de meurtre témoigne

Kathleen Frenette

Une femme qui a échappé à une tentative de meurtre en 2016 est venue témoigner, hier, des terribles conséquences que les gestes insensés de son conjoint de l'époque ont laissées sur sa vie et celles de ses enfants.

Belgacem Balti, qui est détenu depuis 494 jours, a plaidé coupable à une accusation de tentative de meurtre en avril dernier. Le 6 mai 2016, aux petites heures du matin, il a tenté d'étrangler la mère de ses enfants avec la ceinture jaune du petit kimono de leur enfant de cinq ans.

Balti était alors exaspéré que sa compagne des sept dernières années lui reproche ses problèmes d'alcool et de jeux.

Alors qu'elle était couchée dans le lit, la dame s'est fait «sauter dessus» par son conjoint qui a enroulé la ceinture autour de son cou, ensuite elle a perdu conscience.

Quelque temps plus tard, c'est dans une baignoire d'eau glacée qu'elle a repris ses esprits.

« Il était à côté de moi et m'a demandé de m'ouvrir les veines avant qu'il ne me découpe en morceaux, pour ne pas que je souffre trop», a-t-elle raconté dans le cadre des représentations sur la peine.

Grelottante, tétanisée, mais avec la force de s'en sortir, la dame a commencé à parler avec le père de ses enfants, lui rappelant que les petits dormaient et qu'elle ne voulait pas mourir «pour pouvoir les voir grandir».

Sans trop savoir pourquoi, Balti a fini par se calmer et, alors qu'il dormait, la femme s'est enfuie pour appeler les policiers.

« Je me suis dit, il m'a déjà battu... Là, je m'en sors vivante, mais ce ne sera peut-être pas toujours le cas», a-t-elle raconté.

Depuis ce jour, la dame qui a immigré de la Tunisie en 2009, prends des médicaments contre l'anxiété et si elle n'a pas porté les marques de strangulation trop longtemps, elle s'est dite «détruite» psychologiquement.

Les conséquences sont également très grandes pour ses enfants, dont le plus vieux qui a été témoin de la violence de son père.

C'est le juge Carol Saint-Cyr qui devra déterminer la peine qui sera éventuellement imposée à Balti.



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos