Marie Christine Trottier
Agence QMI

Ensevelie sous la neige pendant 10 jours

Ensevelie sous la neige pendant 10 jours

Denise Delva. Photo Marie Christine Trottier / Agence QMI

Marie Christine Trottier

MONTRÉAL - La propriétaire d'un salon de coiffure de Montréal-Nord a dû se battre pendant 10 jours pour que la montagne de neige qui avait été soufflée devant son commerce soit retirée.

L'année 2017 a bien mal commencé pour Denise Delva, qui a découvert au lendemain du jour de l'An qu'un immense banc de neige bloquait l'entrée de son salon de coiffure de la rue Charleroi. Elle a dû pelleter une partie de cette neige compactée pour pouvoir avoir accès à son commerce, puisque la neige bloquait à la fois la vitrine et la porte d'entrée.

«J'ai perdu des clients, même si je pouvais entrer, les gens ne venaient pas, a-t-elle dit. C'était difficile d'ouvrir la porte.»

Mme Delva croit que le responsable de son malheur est l'homme qui est venu lui offrir des services de déneigement pour ses deux espaces de stationnement, l'automne dernier.

«Il n'est pas venu pour m'offrir un contrat. Il est juste venu pour demander 350 $ en argent comptant. Puisque j'étais en train de coiffer quelqu'un, je n'ai pas payé et j'ai dit que j'allais contacter ma propriétaire. Il est reparti sans laisser sa carte», a raconté Mme Delva, soulignant qu'elle ne l'a jamais revu.

Volontaire?

Mme Delva n'a pas refusé l'offre, mais elle souhaitait d'abord s'informer puisqu'elle a déménagé son commerce dans cet immeuble en juillet dernier et elle n'était pas familière avec les pratiques de déneigement. Elle prévoyait aussi faire affaire avec un autre contractant pour assumer le déneigement de ses espaces de stationnement, mais elle ne l'a finalement pas fait.

À la première bordée de neige, son espace a été déneigé, mais un petit amas s'est retrouvé devant sa vitrine. Puis, le 30 décembre, un banc de neige plus important était entassé devant son commerce. Il ne bloquait toutefois pas l'entrée, mais Mme Delva a quand même contacté la police.

Elle croit donc que le déneigeur qui a bloqué sa porte, le 2 janvier, l'a fait volontairement, «par méchanceté» puisqu'elle n'a pas accepté son offre immédiatement.

«Toute cette neige ne vient pas juste du stationnement, il en a forcément amené ici», a-t-elle dit

Locataire responsable

Or, puisque ce sont les locataires qui sont responsables du déneigement, la propriétaire du bâtiment commercial ne sait pas non plus qui est ce mystérieux déneigeur.

Lorsque Mme Delva l'a contactée, celle-ci a dit qu'elle n'était pas responsable de retirer la neige et qu'elle ne pouvait rien faire.

Toutefois, après les démarches du 24 Heures, Mme Delva a reçu un appel de sa propriétaire, qui a envoyé quelqu'un pour retirer la neige en fin d'après-midi, sans plus d'explication.



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos