Agence QMI

Gilles Vaillancourt plaide coupable, direction la prison

Dernière mise à jour: 01-12-2016 | 15h03

LAVAL - Débout dans le box des accusés au palais de justice de Laval, l'ex-maire de Laval Gilles Vaillancourt a plaidé coupable jeudi matin en Cour supérieure à des accusations de fraude, d'abus de confiance et de complot dans le cadre d'une entente négociée entre la Couronne et ses avocats.

La Couronne a laissé tomber l'accusation de gangstérisme à l'endroit de l'accusé ainsi que sept autres accusations.

L'ex-politicien s'est présenté peu après 8 h jeudi matin au palais de justice de Laval, qu'il a lui-même inauguré en 1992, pour enregistrer son plaidoyer un peu plus tard devant le juge James Brunton de la Cour supérieure.

Par la suite, le juge a suspendu l'audience pendant quelques minutes afin de clarifier certains éléments avec la partie défenderesse. Le juge voulait notamment s'assurer que l'accusé comprenait bien les accusations et ce qu'elles impliquent.

L'audience a repris un peu plus tard et M. Vaillancourt a reconnu sa responsabilité criminelle pour les trois chefs de fraude, d'abus de confiance et de complot.

À sa sortie du palais de justice, l'avocate de M. Vaillacourt, Me Nadine Touma, a expliqué que son client recherche maintenant la paix.

«C'est un homme qui a consacré toute sa vie à la politique et l'a fait avec passion et talent. Il a 75 ans bientôt 76 et, actuellement, il est en recherche de paix», a-t-elle dit.

Le roi de Laval

M. Vaillancourt, connu sous le «roi de Laval», devra purger une peine de six ans de pénitencier et payer une amende de 8,5 millions $ selon une recommandation commune de la Couronne et de la défense.

Une somme de 1,7 million $ a déjà été versée et le reste est en cours de transfert, a rapporté TVA Nouvelles, jeudi matin, précisant que l'argent est venu d'argent placé dans des comptes en Suisse. Son luxueux condo de l'île Paton a en outre été cédé à la Ville de Laval dans le cadre de ce règlement et l'ex-maire a renoncé à sa pension de la Ville.

«Je regrette très sincèrement les erreurs commises et la peine imposée à ma famille et aux citoyens de Laval», a déclaré Gilles Vaillancourt devant la cour jeudi matin.

Dans la foulée de l'audience, l'ex-maire Vaillancourt prendra le chemin de la prison, a ordonné le tribunal. Le juge rendra sa décision quant à la peine imposée le 15 décembre.

«Personne n'est au-dessus des lois», a commenté la ministre de la Justice, Stéphanie Vallée, quand elle a été questionnée par les journalistes quant au plaidoyer de culpabilité du maire lavallois déchu.

«C'est un bon règlement pour Gilles Vaillancourt parce qu'il évite l'accusation de gangstérisme et du côté de la Couronne, il y avait des risques en raison de l'arrêt Jordan. On est peut-être mieux avec cette entente qu'un arrêt des procédures», a expliqué Me Jean-Pierre Rancourt à l'émission Le Québec matin.

Gilles Vaillancourt a démissionné de son poste en novembre 2012 après les perquisitions menées par l'Unité permanente anticorruption. Il avait dirigé la troisième plus importante ville de la province pendant une période de 23 ans.

Gilles Vaillancourt et ses 33 coaccusés ont tous été arrêtés par l'UPAC en mai 2013. On leur reproche d'avoir participé à un stratagème pour truquer l'octroi de contrats publics de 1996 à 2010. D'autres procès sont donc à venir dans cette affaire.



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos