Agence QMI

Le Journal de Montréal perquisitionné par la SQ

MONTRÉAL - Le Journal de Montréal a été l'objet d'une perquisition menée par la Sûreté du Québec qui a saisi l'ordinateur d'un reporter, mercredi soir, à la suite d'une plainte du Conseil de la magistrature.

Selon le mandat présenté au Journal, cette intervention vise à établir comment notre journaliste judiciaire Michael Nguyen a obtenu certaines informations publiées le 3 juin dernier dans un reportage concernant la juge Suzanne Vadboncœur, de la Cour du Québec.

Ce texte révélait que la magistrate fait l'objet d'une plainte après avoir apparemment insulté des constables spéciaux du palais de justice de Montréal en les traitant d'imbéciles, en plus de s'être montrée agressive à leur endroit, en décembre dernier.

De retour d'un souper de Noël avec des collègues, la juge Vadboncœur s'énervait alors parce qu'un trouble électrique empêchait l'ouverture de la porte de garage du palais.

Documents confidentiels

La plainte du Conseil de la magistrature allègue que notre journaliste a eu accès indûment à des documents confidentiels sur son site pour la rédaction de son reportage, ce qu'entend réfuter vigoureusement Le Journal.

«Notre journaliste Michael Nguyen n'a transgressé aucune loi. Il faisait simplement son travail en montrant au public le comportement discutable de la juge Vadboncoeur. Il s'agit d'un sujet hautement d'intérêt public, car la population est en droit de savoir comment ses représentants se comportent. Nous entendons contester ce mandat de perquisition», a dit le directeur de l'information du Journal de Montréal, George Kalogerakis.

Notons que Michael Nguyen n'est accusé de rien dans cette perquisition.

Ordinateur sous scellé

L'ordinateur saisi mercredi par les enquêteurs a été mis sous scellé et ne pourra être analysé par les policiers avant qu'une requête pour faire casser le mandat de perquisition n'ait été soumise au tribunal.

«Si cette perquisition est une tentative pour démasquer ou punir des sources de notre journaliste, Le Journal de Montréal ne permettra pas que cela se produise. Jamais», a ajouté M. Kalogerakis, qui a cependant tenu à souligner le professionnalisme des enquêteurs au dossier.

«Toute perquisition dans un média d'information constitue une entorse à la liberté de presse et à la démocratie. C'est inacceptable», a aussi indiqué Me Bernard Pageau, l'avocat du Journal.

C'est la seconde fois en quatre ans qu'un journaliste du Journal de Montréal est visé par une perquisition. En 2012, le domicile du reporter Éric Yvan Lemay avait été visité par les enquêteurs de la SQ après une plainte pour vol de documents à la suite d'un reportage montrant que des dossiers confidentiels étaient aisément accessibles dans les corridors de certains hôpitaux. Aucune accusation n'avait été portée et M. Lemay avait par la suite obtenu 25 000 $ en dédommagement pour avoir été diffamé.

La juge Vadboncœur doit témoigner devant le Conseil de la magistrature vendredi relativement à la plainte portant sur son comportement envers des constables spéciaux du palais de justice.

Aussi sur Canoe.ca



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos