Camille Gaïor
Agence QMI

Une altercation dans l'autobus devient virale

Une altercation dans l'autobus devient virale

Le chauffeur lui aurait alors demandé de se dépêcher pour qu'il puisse démarrer, la désignant au passage de «princesse». Capture d'écran Youtube

Camille Gaïor

MONTRÉAL - Une passagère au téléphone s'éternisant pour monter dans l'autobus et un chauffeur qui lui demande d'accélérer le pas, il n'en fallait pas plus pour immobiliser un véhicule de la STM et déclencher un incident, rapidement devenu viral sur le web.

«Vous pouvez envoyer quelqu'un ici pour qu'elle se calme les nerfs et qu'elle sorte de l'autobus», demande par téléphone un chauffeur de la Société de transport de Montréal (STM) à son centre opérationnel. «Je suis au coin de Frontenac et Hochelaga, en direction nord».

Ce sont ces mots que l'on entend au début d'une vidéo de 6 minutes publiée mardi soir sur le groupe Facebook Spotted STM. Mercredi après-midi, soit moins de 24 heures après sa mise en ligne, la vidéo avait déjà été vue 45 000 fois et partagée à 385 reprises.

D'après les images captées par la passagère, on devine que celle-ci était plutôt occupée par son téléphone lorsqu'elle montait dans l'autobus.

Le chauffeur lui aurait alors demandé de se dépêcher pour qu'il puisse démarrer, la désignant au passage de «princesse».

Un mot que la jeune femme n'a visiblement pas digéré puisque la discussion a dégénéré, au point où le chauffeur a arrêté son véhicule, en attendant l'arrivée d'un chef d'opération.

Pendant ce temps, parmi la dizaine de passagers présents dans l'autobus, certains semblaient s'impatienter.

Des centaines de réactions

En plus de faire le tour du web, des centaines de personnes ont commenté l'incident, prenant position pour l'une ou l'autre des parties.

«Quand le chauffeur te dit de lâcher ton cellulaire pis d'avancer, tu t'exécutes. Fin de l'histoire», écrit Mélissa Fortier-Hogue.

«C'est vraiment de la provocation de cette jeune fille, bravo pour le sang-froid du chauffeur», note Stéphanie Laplante, elle-même chauffeuse qui aimerait voir plus d'«expériences positives avec des chauffeurs».

D'autres ont plutôt pris la défense de la passagère. «Je paie pour un service, je suis donc cliente. Si l'employé me traite de princesse, oui, je suis en droit de porter plainte. Ce n'est pas du bon service à la clientèle du tout», croit pour sa part Ariane Duhaime.

«Si tu as tellement de misère à te concentrer sur ta conduite que tu exiges le silence, tu n'es peut-être pas fait pour chauffer un bus», souligne Marie-Douce Bélanger, spécifiant qu'elle avait déjà vécu une situation similaire.

La procédure

Après avoir accepté notre demande d'entrevue, le Syndicat des chauffeurs d'autobus de la STM a par la suite refusé de commenter la situation. Ce changement de décision, expliqué par une «mauvaise communication» interne, est survenu après que le président du syndicat se soit exprimé sur les ondes du 98,5 FM.

«Si un événement nous déconcentre, il faut contacter le centre, ça fait partie de la procédure, car si elle [la cliente] reste en avant de l'autobus, ça nuit à notre visibilité», a rappelé le président Renato Carlone en entrevue à la radio, soulignant le «bon dossier» du chauffeur.

Il a aussi indiqué que la vidéo ne montrait qu'une partie de la scène, soit l'après-altercation. «La madame a décidé d'allumer son téléphone une fois que c'était plus calme.»

À la STM, on dit avoir pris connaissance de la vidéo et dit «tenter d'identifier le chauffeur pour connaître les circonstances de cet événement».

Aussi sur Canoe.ca



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos