Jean-François Desbiens
Agence QMI

Une soixantaine de jeunes filles leurrées par Simon Fortier

Jean-François Desbiens

Des jeunes filles, une soixantaine, ont été piégées sur l'internet par Simon Fortier, âgé de 33 ans, qui leur a fait poser des gestes à caractère sexuel.

L'accusé de 33 ans s'est présenté en Cour mardi pour contester la suramende compensatoire de plus de 23 000 $ qui doit lui être imposée.

Son avocat est d'avis que ce montant, ajouté à la longue période de détention que son client écopera, constitue une peine disproportionnée. Me Jean-Guillaume Blanchette a plaidé sa requête en inconstitutionnalité au Palais de justice de Sherbrooke.

Depuis trois ans, les juges n'ont plus la discrétion d'imposer ou non la suramende compensatoire qui est de 200 $ par chef d'accusation.

Dans le cas de Simon Fortier, coupable de 117 chefs de leurre informatique d'enfants et crimes de nature sexuelle, les suramendes totalisent 23 400 $.

L'accusé de 33 ans s' expose à une longue peine d'emprisonnement et dans ce cas-ci, la poursuite réclame 15 ans.

Situation financière

L'avocat de Simon Fortier allègue que l'imposition obligatoire de la suramende, sans égard à la situation financière du contrevenant, viole un article de la Charte des droits et libertés qui vient garantir une qualité de vie à toute personne en l'exemptant d'une peine cruelle et inusitée.

Le Code criminel prévoit l'emprisonnement en cas de défaut de paiement: une journée additionnelle de détention pour chaque tranche de 86 $.

Dans le cas de Simon Fortier, cela représenterait 272 jours, tout près de neuf mois.

À moins qu'il n'accepte d'effectuer des travaux compensatoires auprès d'organismes, pour tout près de 600 heures.

L'ancien enseignant d'éducation physique a affirmé qu'il souhaiterait refaire sa vie à titre de nutritionniste. Sans le sou à sa sortie de prison, il devra se trouver un emploi pour payer ses études. Me Jean-Guillaume Blanchette considère que cette situation risque de compromettre sa réhabilitation.

Le juge Érick Vanchestein a entendu les arguments du criminaliste et de la représentante du procureur général du Québec. Il rendra sa décision à une date ultérieure.

Aussi sur Canoe.ca



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos