Michael Nguyen
Agence QMI

Roussy: la deuxième ado n'a jamais voulu porter plainte

Roussy: la deuxième ado n'a jamais voulu porter plainte

Maxime Roussy.Photo Chantal Poirier / Agence QMI

Michael Nguyen

MONTRÉAL - La jeune femme qui jure avoir eu des relations sexuelles avec l'auteur jeunesse Maxime Roussy alors qu'elle était adolescente a assuré qu'elle n'a jamais souhaité porter plainte contre lui.

«J'ai vu un parallèle entre ce qu'on voyait dans les journaux (à propos du procès) et ce que moi j'ai vécu», a expliqué Ariane (nom fictif), afin d'expliquer pourquoi elle est allée rencontrer les policiers.

C'est que cette jeune femme dit être allée trois fois au motel ou à l'hôtel avec l'auteur des séries à succès Pakkal et Le blogue de Namasté. La plaignante dans le procès de Roussy affirme pour sa part avoir eu 11 rencontres du même type. Et dans le cas des deux adolescentes, Roussy les aurait rencontrées dans un Salon du livre.

La jeune femme, dont l'identité est protégée par un interdit de publication, a fait ces déclarations dans le cadre de son contre-interrogatoire au procès de Roussy. Le père de famille de 40 ans fait face à une série d'accusations de nature sexuelle pour des gestes posés envers l'une de ses admiratrices, qui avait à l'époque 14 ans.

Journaux

Ariane a expliqué qu'en 2014, elle avait lu un article concernant les accusations contre Roussy. Mais à l'époque, peu de détails avaient filtré.

«Je n'avais pas de renseignements, donc je pensais que mon témoignage ne serait pas pertinent», a-t-elle dit.

Mais la médiatisation depuis le début du procès l'a fait changer d'idée, si bien qu'elle a contacté la Couronne, puis les policiers, pour raconter son histoire et pour dévoiler ses échanges avec Roussy sur internet, où il lui aurait expliqué plusieurs de ses préférences sexuelles, dont le sadomasochisme.

Notons qu'aucune accusation n'a été déposée concernant Ariane. Avec son témoignage, la poursuite cherche plutôt à venir appuyer le témoignage de la victime alléguée en montrant un modus operandi de la part de Roussy.

La défense s'oppose à cela, et c'est la juge qui devra ultimement décider si les paroles d'Ariane peuvent être retenues par le tribunal.

Aussi sur Canoe.ca


Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos