Agence QMI

Nouvelle-Zélande: les Québécois décédés ont été imprudents

Nouvelle-Zélande: les Québécois décédés ont été imprudents

Louis-Vincent Lessard et Étienne Lemieux.Photos Facebook

DUNEDIN, Nouvelle-Zélande - Les deux touristes québécois décédés dans une avalanche en juillet 2015 au parc national Fiordland, en Nouvelle-Zélande, ont ignoré de multiples avertissements sur les dangers d'entreprendre leur randonnée, conclut le rapport du coroner qui s'est penché sur leurs décès tragiques.

Louis-Vincent Lessard de Granby et Étienne Lemieux de Repentigny, tous deux étudiants en design industriel à l'Université de Montréal, étaient âgés de 23 ans quand ils ont entrepris de s'aventurer sur le sentier Kepler, vers le 6 juillet 2015.

Sur leur route, ils ont croisé plusieurs personnes qui leur ont tour à tour déconseillé cette randonnée en raison de la mauvaise température et des risques d'avalanche, a rapporté jeudi le site Stuff.co.nz.

Les deux jeunes hommes ont notamment été avertis vers le 7 juillet, par la responsable d'une station-service, Diane Holmes, de ne pas tenter leur chance en raison des mauvaises conditions météorologiques. Ils ont alors répondu que la température était pire au Canada et qu'ils y étaient habitués, selon le rapport du coroner.

«J'avais l'impression qu'ils ne prenaient pas au sérieux mon conseil et qu'ils allaient entreprendre cette randonnée», a déclaré Mme Holmes au coroner.

Ils ont ensuite croisé Beverley Thorne, qui louait de l'équipement de camping. Ils ont discuté avec elle de la nécessité d'avoir des crampons et des piolets, arguant qu'ils avaient de l'expérience dans des conditions glacées et enneigées.

Mme Thorne les a également prévenus des dangers d'une avalanche et les a invités à faire connaître leurs intentions au centre des visiteurs.

Puis, ils ont croisé l'ancienne guide Shirley Mouat et lui ont fait part de leur intention de marcher sur la piste Kepler. Elle leur a également déconseillé de le faire, affirmant que c'était trop dangereux en raison de l'abondance de neige. Ils ont alors répliqué qu'ils tenaient vraiment à effectuer cette randonnée.

Puis, une gardienne du parc rattachée au centre des visiteurs Te Anau, Karin Doughety-Van Amerongen, les a avisés à son tour qu'ils ne pouvaient pas effectuer de randonnée sur cette piste à cette période de l'année en raison de la neige, leur présentant même une carte détaillée des avalanches sur la piste Kepler. Elle leur a aussi proposé des randonnées alternatives.

Selon le coroner David Crerar, les deux hommes ont passé la nuit du 8 juillet au refuge Hanging Valley, mais ils ont été engloutis par une avalanche le lendemain, alors qu'ils marchaient sur le sentier menant à Luxmore Hut et au lac Te Anau. Ils sont morts par asphyxie. Les corps ont été retrouvés à environ 350 mètres du sentier.

Le rapport a conclu que les deux hommes ont sous-estimé les risques, tout comme d'autres visiteurs qui ont perdu la vie dans l'arrière-pays et au pays d'en haut de la Nouvelle-Zélande.
«Ils ne comprenaient pas les dangers auxquels ils étaient confrontés», a écrit le coroner.

Louis-Vincent Lessard et Étienne Lemieux n'avaient ni détecteur d'avalanche, ni balise de localisation d'urgence, ni pelle.

Les autorités du parc ne savaient pas que les deux Québécois étaient disparus jusqu'à ce que leurs parents alertent la police constatant qu'ils n'étaient pas arrivés à la maison comme prévu, sur un vol régulier à destination de Montréal.

Aussi sur Canoe.ca



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos