Andrew McIntosh
Agence QMI

Un homme soupçonné d'être un partisan de l'EI arrêté

Un homme soupçonné d'être un partisan de l'EI arrêté

Photo Fotolia

Andrew McIntosh

Un ex-Montréalais que la police soupçonnerait d'être un partisan de l'État islamique a été arrêté à Gatineau récemment, parce qu'il aurait menacé de faire exploser sa conjointe dans son automobile avec une bombe.

Le suspect et djihadiste présumé, Ismaël Habib, 28 ans, était sur le point de voyager en Turquie dans le but de rejoindre les rangs du groupe terroriste, selon nos informations.

C'est sa nouvelle conjointe de Gatineau qui aurait alerté les autorités concernant ses activités, après avoir découvert qu'il visionnait des vidéos d'exécution de l'État islamique sur un ordinateur et qu'il avait une deuxième conjointe au Moyen-Orient.

Depuis son arrestation par le Service de police de la Ville de Gatineau, Habib demeure en détention préventive et il fait maintenant face à quatre chefs d'accusation criminels.

Il est accusé de menaces, d'avoir proféré des menaces de mort, de possession d'un faux document d'identité et de possession de faux documents dans l'intention de commettre d'autres infractions, selon des documents judiciaires.

Un de ces faux documents était un passeport canadien au nom d'Alexandre Fortin, selon le quotidien Le Droit.

Selon des documents judiciaires, les infractions reprochées remontent au 20 février. Les accusations ont étés portées contre lui le 29 février. M. Habib a déjà plaidé non-coupable et il subira son enquête sur cautionnement jeudi au palais de justice de Gatineau.

S'il est trouvé coupable, Habib, qui demeurait dans l'arrondissement Anjou à Montréal, risque 10 ans de prison.

Dans la mire de la GRC

Son avocat, Jacques Belley, a déclaré que des enquêteurs de la sécurité nationale de la GRC s'intéressaient à M. Habib depuis un certain temps, mais qu'ils ne pensaient pas qu'il allait commettre un attentat au Québec.

La police fédérale aurait même révoqué son passeport canadien pour l'empêcher de voyager en Turquie, où il voulait participer à un camp d'entraînement djihadiste, pour aller ensuite en Syrie rejoindre l'État islamique.

Habib ne fait face à aucune accusation reliée au terrorisme, du moins pour le moment.

La GRC à Ottawa n'a pas voulu répondre aux questions concernant le cas de M. Habib concernant ses activités liées à l'État islamique, la saisie de son passeport ou ses intentions de voyage chez les djihadistes.

Aussi sur Canoe.ca


Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos