Guillaume St-Pierre
Agence QMI

Série d'alertes à la bombe: les quatre jeunes s'en tirent

Série d'alertes à la bombe: les quatre jeunes s'en tirent

Photo Fotolia

Guillaume St-Pierre

Dernière mise à jour: 01-03-2016 | 15h42

OTTAWA - Les quatre mineurs accusés d'avoir d'avoir lancé une série d'appels à la bombe au Québec l'automne dernier peuvent dormir tranquilles, pour l'instant.

Le Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) en Outaouais a ordonné l'arrêt des procédures, vendredi dernier, devant la Chambre de la jeunesse, a confirmé la procureure de la Couronne responsable du dossier, Me Nadine Piché.

Cette décision n'entraîne pas nécessairement l'acquittement des quatre adolescents de 16 et 17 ans. La Couronne a un an pour ramener l'affaire devant la cour.

«Les policiers ont un travail à faire. L'enquête se poursuit, a affirmé un porte-parole du DPCP, René Verret. Le dossier n'est pas clos et les accusations n'ont pas été retirées.»

Le 3 novembre dernier, des menaces envoyées par courriel par le collectif appelé «Sceptre rouge» ont forcé la police à effectuer des fouilles dans 71 établissements scolaires du Québec.

Ce collectif s'en prenait aux enseignants et aux syndicats, qui étaient en grève à l'époque.

«Terminez votre grève ou nous allons le faire pour vous. S'il n'y a pas d'annonce de termination [SIC] jeudi matin nous commencerons nos attaques directement sur les syndicats et nous intensifierons ceux sur les écoles», prévenait le collectif dans un courriel de menace bourré de fautes de français et intercepté par les policiers.

La Sûreté du Québec a arrêté les quatre jeunes dans la région de l'Outaouais avant de les interroger longuement.

Aussi sur Canoe.ca



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos