Agence QMI

Drame de Lac-Simon: Ottawa transmet ses condoléances

Drame de Lac-Simon: Ottawa transmet ses condoléances

Thierry Leroux. Photo Facebook

OTTAWA - Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, a réagi à la tragédie survenue samedi dans une communauté autochtone de Lac-Simon et a transmis ses condoléances à la famille du jeune policier abattu. 

«Les policiers risquent leur vie pour nous protéger. J'adresse mes plus sincères condoléances à la famille du jeune Thierry Leroux», a déclaré le premier ministre sur son compte Twitter.

Le ministre fédéral de la Sécurité publique, Ralph Goodale, a offert son soutien à la famille du policier et à la communauté de Lac-Simon.

«De tels incidents douloureux nous rappellent les risques que prennent nos policiers tous les jours afin d'assurer la sécurité de tous les Canadiens», a soutenu le ministre.

Son secrétaire parlementaire, Michel Picard, a indiqué que le fédéral serait prêt à porter assistance à la province au besoin.

«C'est un dossier de la Sûreté du Québec, a-t-il fait valoir. Nous sommes à la disposition du ministère de la Sécurité publique du Québec et nos gens de la Gendarmerie (GRC) sont à la disposition de la SQ au besoin. On va offrir toute l'aide nécessaire dont ils ont besoin s'ils recherchent de la collaboration. Pour l'instant on s'en remet à l'expertise de la juridiction provinciale», a ajouté M. Picard.

Samedi soir, dans la communauté algonquine de Lac-Simon, un homme de 22 ans a abattu un policier avant d'enlever la vie.

La ministre des Affaires autochtones et du Nord, Carolyn Bennett, a pour sa part affirmé que le drame survenu à Lac-Simon est le «symptôme d'une tragédie très large». Elle a fait allusion à la situation des pensionnats indiens considérés par la Commission de vérité et réconciliation du Canada comme faisant partie d'une politique de génocide culturel.

De futurs policiers ébranlés

Par ailleurs, la mort du policier Thierry Leroux a ébranlé les étudiants en techniques policières du Collège d'Alma.

Le policier de 26 ans a obtenu son diplôme d'études collégiales dans cet établissement en 2012.

Même si la majorité des étudiants actuellement en formation ne l'ont pas connu personnellement, ils se disent affectés par son décès.

Les événements survenus samedi soir à Lac-Simon leur ont fait prendre conscience des dangers qui les guettent dans le cadre de leurs fonctions.

«Il ne faut jamais rien tenir pour acquis. C'est dangereux partout. Je ne voudrais pas que cela arrive à l'un de mes collègues, surtout qu'il s'agissait d'un appel de routine», a témoigné l'un des étudiants.

«C'est sûr que c'est triste. C'est quelqu'un qui a étudié ici. On n'est peut-être pas encore policiers, mais toute sa famille et ses proches ont notre soutien», a déclaré un autre.

Certains avaient aussi prévu de demander à leur enseignant de tenir une minute de silence pour rendre hommage à la victime.

«Cela fait partie des risques du travail de policiers, mais ce sont des choses qu'on ne veut pas vivre», a dit un autre étudiant.

Psychologue sur place

Le Collège d'Alma a mis un psychologue à la disposition des jeunes qui pourraient ressentir le besoin de s'exprimer sur le drame.

«On va discuter ensemble de ce qu'ils souhaitent faire, de la manière dont ils veulent souligner le drame et on va respecter leur décision pour qu'ils se sentent à l'aise», a expliqué le responsable du département de techniques policières, Serge Girard.

L'enseignant et ancien policier à la retraite garde de bons souvenirs de Thierry Leroux. «C'était un excellent candidat. Il mettait de la vie dans le groupe. Il était très dynamique et impliqué dans son milieu.»

Serge Girard n'a pas voulu commenter les circonstances entourant le drame, préférant attendre les résultats de l'enquête, mais il assure que la sécurité est au coeur de la formation donnée aux futurs policiers.

Aussi sur Canoe.ca



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos